Prêtre soupçonné de pédophilie: Le Pape met l'archevêque Barbarin face à ses responsabilités

RELIGION Le Saint-Père s'est exprimé sur la pédophilie jeudi de retour de son voyage en Argentine...

Elisa Frisullo

— 

Le pape face aux journalistes dans l'avion le ramenant du Mexique à Rome le 18 février 2016
Le pape face aux journalistes dans l'avion le ramenant du Mexique à Rome le 18 février 2016 — ALESSANDRO DI MEO POOL

Il n’a pas cité précisément l’affaire Preynat ni le nom du Primat des Gaules. Mais dans la tourmente que connaît l’église de Lyon depuis la mise en examen d’un prêtre soupçonné d’agressions sexuelles sur des scouts, difficile de ne pas voir dans les déclarations du Saint-Père un message adressé à l’archevêque de Lyon Philippe Barbarin.

« La meilleure chose qui lui reste à faire, c’est de présenter sa démission »

Jeudi, dans l’avion qui le ramenait en Italie après son douzième voyage apostolique au Mexique, le pape François, interrogé sur le thème de la pédophilie a déclaré qu'« un évêque qui se limite à changer de paroisse un prêtre pédophile est un inconscient. La meilleure chose qui lui reste à faire, c’est de présenter sa démission ». Et d’ajouter : « Un prêtre est consacré pour porter un enfant à Dieu et là dans un sacrifice diabolique, il le détruit », relatent ce vendredi Radio Vatican et Le Figaro.

Ces déclarations interviennent une semaine après que l’archevêque de Lyon Philippe Barbarin a reconnu, dans La Croix, avoir été informé des agissements du Père Bernard Preynat, 70 ans, dès 2007-2008. Des propos contraires à ce que le cardinal assurait jusqu’alors. En janvier dernier en effet, le Primat des Gaules avait affirmé avoir reçu les premiers témoignages concernant cette affaire en 2014, puis avoir diligenté une enquête et mis fin aux missions du prêtre en mai 2015.

>> A lire aussi : Comment Barbarin s’est-il retrouvé en pleine tourmente ?

Des rumeurs de démission dans son entourage

Suite à ces nouvelles déclarations, des victimes présumées de Bernard Preynat avaient alors annoncé le week-end dernier leur intention de porter plainte contre Philippe Barbarin et plusieurs autres membres de l’église pour « non-dénonciation de faits de pédophilie ».

L’une des proches de l’archevêque avait alors ajouté au trouble ambiant dans lequel se retrouve l’église lyonnaise en évoquant, sur TLM, une éventuelle démission de Barbarin. L’archevêque de Lyon, en déplacement cette semaine au Niger, avait alors fait savoir par la voix de son entourage qu’il ne démissionnerait pas.

>> A lire aussi : Le cardinal Barbarin était informé du passé du prêtre depuis des années

« Il y a une justice en France, il y aura un procès. Le jour où il faudra en tirer les conséquences il le fera, mais aujourd’hui on n’en est pas là du tout », avait confié, mardi, à 20 minutes l’un de ses proches.

Une position sur laquelle l’archevêque de Lyon, terré dans le silence depuis son interview dans La Croix et sur RCF, pourrait évoluer suite aux déclarations du Pape.