ASSE-Bâle: «On m'a tellement reproché de verrouiller», se marre Christophe Galtier

FOOTBALL Contrairement à la précédente campagne de Ligue Europa, l'entraîneur stéphanois assume des ambitions offensives, même si celles-ci ont peut-être permis à Bâle d'inscrire deux buts (3-2) ce jeudi...

À Saint-Etienne, Jérémy Laugier

— 

Christophe Galtier n'a pas cherché à masquer sa satisfaction après la victoire (3-2) face à Bâle ce jeudi.
Christophe Galtier n'a pas cherché à masquer sa satisfaction après la victoire (3-2) face à Bâle ce jeudi. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

« Je savais très bien qu’on n’allait pas l’emporter 2-0 », reconnaît Christophe Galtier, suite au succès (3-2) presque heureux des Stéphanois, ce jeudi face au FC Bâle. On le comprend volontiers, au vu de la mainmise de l’équipe suisse sur la majeure partie de ce 16e de finale aller. On aurait presque tendance à dire sur l’intégralité du match hormis les coups de pied arrêtés et ces beaux coups de boule de Bayal Sall (9e) et Monnet-Paquet (39e).

Au vu du jeu pratiqué par l’ASSE ces dernières semaines, et même sur toute la campagne de Ligue Europa (1,7 but inscrit en moyenne), l’entraîneur des Verts s’est bien marré lorsqu’une question lui a été posée sur le choix de ne pas bétonner autour de Bayal Sall et Florentin Pogba après avoir pris deux buts d’avance.

>> A lire aussi: Les cinq raisons pour l'ASSE de se méfier du FC Bâle

« Si vous verrouillez, vous n’êtes pas à l’abri des coups de pied arrêtés »

« On m’a tellement reproché de verrouiller… On n’avait pas spécialement la volonté de fermer le jeu. C’est l’adversaire qui nous a empêchés de faire ce que nous faisions ces derniers temps », explique Christophe Galtier.

« Si vous cherchez à verrouiller, vous n’êtes pas à l’abri des coups de pied arrêtés et les quatre premiers buts se sont joués là-dessus », poursuit le technicien, très ferme au moment d’annoncer ne pas vouloir « jouer le 0-0 » au match retour le 25 février. Si l’ASSE se qualifie grâce à une défaite (4-3) en Suisse, on pourra crier au génie.