LOSC-OL: Yassine Benzia n’avait «pas encore une maturité d’homme» à Lyon

FOOTBALL L'attaquant lillois de 21 ans va retrouver dimanche (21 heures) en Ligue 1 son club formateur, qui garde toujours un regard particulier sur lui...

Jérémy Laugier

— 

Ici au duel avec le Parisien David Luiz la semaine passée, Yassine Benzia devrait à nouveau être titularisé dimanche face à son club formateur. MIGUEL MEDINA
Ici au duel avec le Parisien David Luiz la semaine passée, Yassine Benzia devrait à nouveau être titularisé dimanche face à son club formateur. MIGUEL MEDINA — AFP

Ses retrouvailles avec l’OL, pour sa première rencontre officielle sous le maillot du Losc en septembre (0-0) ne sont pas restées dans les mémoires. Mais Yassine Benzia aborde le match retour dimanche (21 heures) dans une autre dynamique.

Le joueur franco-algérien de 21 ans a depuis su s’imposer à la pointe de l’attaque lilloise, en inscrivant six buts (en 23 matchs), tous sous les ordres de Frédéric Antonetti. « Il s’agit peut-être du profil d’entraîneur qui lui convient bien. Yassine a besoin qu’on s’occupe de lui », confie Gérard Bonneau, qui l’avait recruté à l’OL en 2010.

« Vraiment un bon joueur »

Cinq ans plus tard, l’attaquant a dû se résoudre à quitter Lyon après seulement 38 apparitions au total en L1 (quatre buts).

« Chez nous, j’ai souvent entendu qu’il n’était pas facile à gérer, reconnaît Gérard Bonneau. Mais on veut parfois aller vite avec les jeunes. Il n’avait pas encore une maturité d’homme et il fallait qu’il se pose des questions au niveau de son projet personnel. Yassine est en tout cas vraiment un bon joueur et un garçon que j’aime beaucoup. »

>> A lire aussi : « Les gens oublient que je n’ai que 20 ans », regrette Yassine Benzia

Grégoire Viricel : « Yassine a pris la meilleure décision en quittant Lyon »

Des louanges appuyées qui masquent à peine les regrets du club lyonnais de ne pas avoir vu son talent éclore davantage dans le Rhône. « Après avoir signé pro très tôt [à 17 ans], Yassine arrivait à un âge où il devait faire ses preuves. Je pense qu’il a pris la meilleure décision en quittant Lyon cet été », évoque Grégoire Viricel, son ancien partenaire au centre de formation de l’OL. Pour percer ces dernières saisons face à la concurrence du puissant Gomis et des rapides Fekir, Lacazette et Njie, il a sans doute manqué des qualités athlétiques et de la vitesse au frêle Benzia (1,79 m et 71 kg).

« Yassine est un faux lent car il est tout de même capable de changements de rythme tranchants, assure Grégoire Viricel. Mais c’est sûr qu’on ne va pas lui demander de faire des sprints de 40 mètres. »

Lorsqu’on évoque le comportement un peu dilettante de l’ancien international espoirs, notamment aux entraînements à Tola Vologe, le responsable de la cellule de recrutement des jeunes à l’OL sourit : « Il y en a beaucoup qui ont pâti de ça, à commencer par Anthony Martial ». Le vertigineux destin mancunien de ce dernier ne déplairait pas forcément à Yassine Benzia.