Lyon: Le procès du meurtrier présumé d'Adrien Vuillemin reporté

JUSTICE Le jeune homme âgé de 20 ans au moment du drame avait été tué d'une balle dans la tête sans raison, alors qu'il discutait avec des amis sur un banc à Décines, le 21 mai 2009...

Caroline Girardon

— 

Illustration palais de justice, Tribunal de Lyon, le 15 novembre 2012. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES
Illustration palais de justice, Tribunal de Lyon, le 15 novembre 2012. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES — C. VILLEMAIN/20 MINUTES

Ses parents devront encore patienter. Sept ans pourtant qu’ils attendent de voir le meurtrier présumé de leur fils juger devant les Assises du Rhône. Le procès de l’affaire Adrien Vuillemin qui devait s’ouvrir ce lundi à Lyon, a été renvoyé à une date ultérieure. Un expert manquant à l’appel, les avocats de la défense ont demandé le renvoi avant d’obtenir gain de cause en début d’après-midi.

 

Un nouveau coup dur pour l’entourage de ce jeune homme sans histoire ; le procès ayant failli ne jamais se tenir. Adrien, âgé de 20 ans au moment du drame avait été tué d’une balle dans la tête le 21 mai 2009 à Décines, dans le Rhône. Ce soir-là, il discutait avec des amis, assis sur un banc dans un parc. Peut-être un peu trop fort. Ce qui aurait pu pousser à bout un voisin.

Le suspect nie les faits depuis 7 ans

Au lendemain des faits, les enquêteurs avaient interpellé le locataire d’un appartement situé en face du square, un homme alors âgé de 58 ans. Niant avec ferveur être l’auteur du coup de feu mortel, le quinquagénaire avait été relâché neuf mois plus tard.

Le juge d’instruction avait décidé en 2013, d’abandonner les poursuites et d’ordonner un non-lieu avant que la chambre d’instruction de la cour d’appel de Lyon, saisie par les parents d’Adrien, ne renvoie le principal suspect devant les Assises.

 

« Mes clients veulent à tout prix que cette affaire soit jugée mais on ne peut pas se contenter d’une audience au rabais », a déclaré Yves Sauvayre, l’avocat des parents au micro de RadioScoop.

« C’est un sentiment d’injustice qui s’accroît encore. On pensait vraiment qu’on allait enfin savoir ce qui s’est passé, pourquoi notre fils est mort. Et à cause d’une seule personne, tout est remis en cause. C’est insupportable », s’est effondrée la maman de la jeune victime.