Lyon: La Taverne Gutenberg, nouveau lieu artistique alternatif, s'ancre à La Guillotière

CULTURE Ce centre de créations et d’expositions, prévu pour n’être qu’éphémère, se pérennise finalement dans le quartier…

Elisa Frisullo

— 

Lyon, le 9 février 2016. Des artistes se sont fédérrer pour donner vie à la tarvene de Guteberg dans le quartier de la Guillotière. Ce lieu alterrnatif  se veut être une résidence d'artistes, un laboratoire de création et d'exposition et un café galerie ouvert sur le quartier et la ville. Lancer le diaporama
Lyon, le 9 février 2016. Des artistes se sont fédérrer pour donner vie à la tarvene de Guteberg dans le quartier de la Guillotière. Ce lieu alterrnatif se veut être une résidence d'artistes, un laboratoire de création et d'exposition et un café galerie ouvert sur le quartier et la ville. — Elisa Frisullo / 20 Minutes

L’aventure, à la Taverne Gutenberg, ne devait durer que trois mois. Alors, d’octobre à fin décembre, ils ont multiplié les événements, débordé d’énergie artistique et transformé les lieux en un vaste laboratoire de création et de diffusion ouvert sur le quartier.

Leur démarche a tellement plu que, d’un site culturel alternatif éphémère, ils ont donné vie à une résidence d’artistes pérenne, inaugurée ce mercredi soir à la Guillotière, dans le 3e arrondissement de Lyon.

Un lieu chargé d’histoire

Pour l’occasion, les œuvres de la trentaine de peintres, vidéastes, sculpteurs ou designers de Lyon et d’ailleurs, passés ces dernières semaines à la Taverne, seront exposées et chacun pourra librement déambuler dans les multiples pièces de cet immeuble des années 50, laissé à l’abandon ces dernières années. Un bâtiment chargé d’histoire qui a vu passer, dans les appartements et les chambre situés aux étages d’innombrables locataires et qui abritait, au rez-de-chaussée, un café algérien.

 

 

Très vite, l’endroit a paru idéal à Henri Lamy, peintre figuratif et Maïa d’Aboville, designer interactive, pour donner naissance à un lieu d’un genre nouveau, inexistant à Lyon, dans lequel créer, diffuser tout en étant largement ouvert sur le public et les habitants du quartier.

« Des lieux comme celui-ci, il en existe dans les grandes villes européennes. La Taverne Gutenberg est souvent associée à ce qui se fait à Berlin notamment. Mais à Lyon, ça manquait, d’où le succès que nous avons rencontré auprès du public », indique Mélina, membre de l’équipe permanente de la résidence d’artistes. Les expositions et événements organisés au 5 rue de l’Epée ont à chaque fois attiré des centaines de personnes.

 

Des oeuvres ont investi les plafonds, les murs, les escaliers

Pour faire perdurer la résidence, dans laquelle des peintures, des dessins et des installations ont investi chaque pièce et où d’incroyables personnages ont pris vie sur les murs encore recouverts de tapisseries de l’époque, les artistes de la Taverne ont dû réfléchir à un projet durable. Artistiquement et économiquement.

 

Désormais, des espaces de coworking et des ateliers pourront être loués ici pour quelques mois et l’immeuble pourra être privatisé pour l’organisation de différents événements (soirées, shooting photo…). Une campagne de crowdfunfing devrait également être lancée pour permettre au grand public de soutenir la galerie.

Un café galerie, une librairie digitale

A l’entrée du laboratoire créatif, un café galerie devrait accueillir le public prochainement, selon l’équipe, qui souhaite également créer dans ces murs une librairie digitale. Le lieu continuera d’exposer régulièrement les œuvres des artistes, dans une démarche d’ouverture sur le quartier et de transmission. « L’idée, c’est de faire comprendre à chacun le processus de création. Lors des expositions ou pendant qu’ils travaillent, les artistes sont présents pour partager et expliquer leur démarche au public », ajoute Mélina.

 

Lieu vivant ouvert à tous, la Taverne Gutenberg, déjà bien intégrée dans le quartier, s’inscrit également dans une démarche de lien social. En fin d’année, des enfants d’une association de la Guillotière ont ainsi participé à des cours de peinture gratuits. Une soirée de musique arabe a aussi été organisée pour les riverains de la Guill'. Ce type d’initiatives devrait se poursuivre dans les prochains mois.