Banderoles anti-PSG : Pour Galtier, des sanctions seraient «injustes»

FOOTBALL L’entraîneur des Verts s’est exprimé ce mercredi sur les fameuses banderoles destinées à soutenir les ultras parisiens…

Jérémy Laugier

— 

Les Magic Fans ont notamment déployé au moment du coup d'envoi dimanche une banderole indiquant "2 minutes pour montrer aux Qataris ce qu'ils ont fait à Paris".
Les Magic Fans ont notamment déployé au moment du coup d'envoi dimanche une banderole indiquant "2 minutes pour montrer aux Qataris ce qu'ils ont fait à Paris". — J.Laugier/20 Minutes

La planète foot, et même bien au-delà, ne parle quasiment que de ça depuis lundi matin. Christophe Galtier a pour la première fois évoqué ce mercredi la polémique née après les banderoles déployées par les supporters stéphanois dimanche contre le PSG.

>> A lire aussi: Tacles au Parc des Princes, vannes... Les supporters stéphanois ont fait le show

« Je n’ai pas trouvé les banderoles insultantes. J’ai vu pire. Il n’y a pas eu d’appel à la violence et pas de fumigènes », a expliqué l’entraîneur stéphanois lors de son point presse, à la veille du match Rennes-ASSE (21 heures).

« Les ultras ne se reconnaissent pas dans la population de ces stades »

Les principaux messages livrés par le Chaudron visaient à critiquer la politique du club parisien vis-à-vis de ses supporters dans ces termes : « Deux minutes pour montrer aux Qataris ce qu’ils ont fait à Paris », « Argent sale accepté, libertés bafouées, classes populaires écartées, bienvenue au PSG », « Le temps d’un match pour montrer que notre passion est plus forte que leur répression » et « Le Parc est devenu un cimetière. Vous n’emporterez pas votre argent au paradis. Pray for Paris ».

C’est notamment cette dernière banderole qui a poussé les dirigeants parisiens à réclamer des sanctions. « Je trouverais des sanctions injustes, même si la commission de discipline est en droit de se saisir de ce fait, a confié Christophe Galtier. L’arrivée d’investisseurs dans le football fait que la population des stades a changé à Paris comme en Angleterre. Les supporters et les ultras ne se reconnaissent pas dans cela. »

Retourner en haut de la page