ASSE-Paris: Comment s'y prendre pour titiller (un peu) le PSG

FOOTBALL Avec un système à trois défenseurs centraux et un pressing constant, les Stéphanois ont longtemps entrevu un exploit dimanche, avant de s’incliner (0-2) face au PSG…

À Saint-Etienne, Jérémy Laugier

— 

Le pressing stéphanois, ici illustré par la présence de Téophile-Catherine, Fabien Lemoine et Kévin Monnet-Paquet autour du seul Lucas, a été surprenant dimanche.
Le pressing stéphanois, ici illustré par la présence de Téophile-Catherine, Fabien Lemoine et Kévin Monnet-Paquet autour du seul Lucas, a été surprenant dimanche. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Douchée dimanche par un doublé de Zlatan Ibrahimovic et la sérénité collective du PSG (0-2), l'ASSE n’a pas trouvé la recette miracle pour enfin battre ce glouton parisien 2015-16. Mais il n’empêche que Christophe Galtier a su transfigurer ses joueurs pour ce prestigieux rendez-vous dans le Chaudron. Voici donc sans doute quelques pistes pour espérer enfin faire chuter Paris dans les 15 dernières journées de ce championnat.

>> A lire aussi : Zlatan Ibrahimovic brise le suspense

Mettez en place une défense à cinq…

Christophe Galtier s’était parfois fait sévèrement punir dans ce système à trois défenseurs centraux. Et ce notamment en août 2014 au Parc des Princes (5-0). « J’avais été vachement inspiré ce jour-là ! », s’amusait l’entraîneur stéphanois en avril dernier. Il n’empêche qu’en s’appuyant sur la récente triple confrontation entre le PSG et Toulouse, il a voulu relancer cette stratégie.

« Comme nous jouons avec une seule pointe (Zlatan), c’est compliqué face à ce système, explique l’arrière droit parisien Serge Aurier. Nos latéraux se retrouvent bien bloqués aussi. » « Notre système paraissait défensif mais j’ai trouvé qu’on attaquait en plus grand nombre que si on avait joué en 4-4-2 ou en 4-3-3 », constate Christophe Galtier. Défensivement, et malgré l’absence du capitaine Loïc Perrin, Stéphane Ruffier a très peu été inquiété avant le doublé d’Ibrahimovic.

… Ou plutôt à trois

La plus grosse erreur (déjà faite) serait d’aligner dans vos couloirs des latéraux au profil défensif type François Clerc. Les « pistons » titularisés pour l’ASSE dimanche, à savoir Franck Tabanou et Kévin Malcuit, sont des contre-attaquants intéressants et ils savent mettre de la folie dans une telle rencontre.

« Je ne voulais pas rejouer de la même manière qu’en Coupe de la Ligue à Paris (1-0). Je voulais garder du poids offensif », explique Christophe Galtier, qui a aligné d’emblée trois attaquants de formation, entre Monnet-Paquet, Bahebeck et Söderlund.

>> A lire aussi : Pour Galtier, ce PSG est la plus grande équipe de tous les temps en France

Harcelez en permanence le porteur du ballon

Prêté par Paris, Jean-Christophe Bahebeck connaît parfaitement le scénario le plus classique des rencontres de Ligue 1 du PSG. « Quand on les laisse jouer, l’attente pour récupérer le ballon devient interminable », souligne l’attaquant des Verts. Les hommes de Laurent Blanc ont certes eu le ballon 61 % du temps dimanche soir. Mais Thiago Motta, Angel Di Maria et consorts ont rarement eu leur confort habituel dans le jeu.

« Ils ont été très agressifs et ils ont joué les coups à 100 % », constate Serge Aurier. Si en plus, vous avez la chance que Benjamin Stambouli soit titularité à la place de Marco Verratti comme c’était le cas dans le Chaudron, votre pressing n’en sera que plus efficace et l’exploit semblera tout de suite plus jouable.

>> A lire aussi : Deux semaines après le derby, les Verts ont prouvé qu’ils savaient jouer au foot

Bonne chance pour maintenir cette stratégie pendant 90 minutes

La dimension physique est également essentielle. Si en ce moment, le PSG fait surtout la différence dans la dernière demi-heure, c’est tout sauf un hasard. « En première mi-temps, les joueurs ont su les bousculer et essayer de contrarier les premières relances. On a su gagner des ballons dans des endroits importants du jeu. Et ce tant qu’on a eu des jambes », confie Christophe Galtier, conscient que son équipe a « laissé passer sa chance dans les 50 ou 60 premières minutes ».

C’est là que le système est à double tranchant. « Avoir des pistons aussi offensifs sur les côtés génère beaucoup d’efforts et on a perdu notre fraîcheur », constate le coach des Verts, avant de fatalement conclure : « Cette équipe semble imbattable… »