OL: Les choix forts de Genesio concernant Lacazette, Grenier et Ghezzal

FOOTBALL En un mois, le nouvel entraîneur lyonnais a notamment chamboulé le positionnement des trois joueurs offensifs…

Jérémy Laugier

— 

Rachid Ghezzal, ici face à Kurzawa, régale sur l'aile droite depuis l'intronisation de Bruno Genesio. PIERRE RAPHAEL Lancer le diaporama
Rachid Ghezzal, ici face à Kurzawa, régale sur l'aile droite depuis l'intronisation de Bruno Genesio. PIERRE RAPHAEL — SIPA

Personne ne s’attendait à une révolution tactique lorsque Bruno Genesio a été promu à Noël sur le banc de l’OL. Quasiment un mois plus tard, avant un sommet dimanche (21 heures) face à l’OM, force est de constater que l’ancien adjoint a déjà transformé le 4-4-2 cher à Hubert Fournier en un 4-3-3 plutôt pertinent. Et ce avec un repositionnement aussi audacieux que discutable de ses trois joueurs offensifs Rachid Ghezzal, Clément Grenier et Alexandre Lacazette.

Rachid Ghezzal, le vainqueur surprise

Plus que jamais, Rachid Ghezzal était convaincu de devoir quitter son club formateur cet hiver. A 23 ans, le milieu offensif avait la sensation que son travail « ne servait pratiquement à rien » sous l’ère Hubert Fournier (seulement 6 titularisations en un an et demi en Ligue 1). Manquant d’explosivité pour évoluer en pointe et d’un sens de la passe décisive pour jouer en soutien des attaquants, l’international algérien a été condamné au banc de touche dans le 4-4-2 de Fournier. Auteur de trois buts et d’un superbe derby en 2016, Rachid Ghezzal est métamorphosé.

On en viendrait presque à se demander si Bruno Genesio n’a pas mis en place son 4-3-3 spécialement pour lui. « En formation, j’ai toujours évolué côté gauche mais j’ai beaucoup plus de facultés à entrer sur mon pied gauche qu’à déborder dans le couloir », confie le natif de Décines. Ce poste d’ailier droit en faux pied, qui convient parfaitement à Ghezzal, est la principale réussite du premier mois de Genesio.

>> A lire aussi: Rachid Ghezzal souligne son « travail dans l’ombre » avant d’être récompensé avec Genesio

Clément Grenier, faux pied contrarié

Clément Grenier fait presque figure d’anti-Ghezzal. Pour tenir sa logique de faux pied, Bruno Genesio l’a installé sur une aile gauche qu’il n’apprécie guère, malgré une surprenante prestation à ce poste en Ligue des champions à Valence (0-2) le mois dernier. « Il se retrouve assez souvent au cœur du jeu et pose des problèmes à l’adversaire à partir de cette position de milieu gauche. Il peut donc évoluer à ce poste-là, comme un peu plus bas dans le triangle ou derrière un attaquant (dans un éventuel 4-2-3-1) », évoque l’entraîneur lyonnais au sujet de son joueur international.

Parfois frustré dans son passéà l’OL d’avoir été davantage utilisé comme un relayeur que comme un meneur de jeu, Clément Grenier a assuré dimanche après le derby « essayer de s’adapter » pour le groupe. L’un des problèmes majeurs de son positionnement à gauche reste le profil de son binôme de couloir Jérémy Morel, qui n’a clairement pas l’apport offensif de Christophe Jallet ou Rafael de l’autre côté.

>> A lire aussi: « Ça ne me plaît pas trop de jouer à gauche », avoue Clément Grenier

Alexandre Lacazette assure « ne pas se sentir seul »

L’exceptionnelle saison passée d’Alexandre Lacazette (27 buts en Ligue 1) devait en partie au soutien permanent de Nabil Fekir ou Clinton Njie à ses côtés. Le premier gravement blessé, le deuxième parti et remplacé durant six mois par le décevant Claudio Beauvue, voilà désormais le Lyonnais unique avant-centre dans le 4-3-3 de Bruno Genesio. « J’en ai discuté avec le coach et jouer seul en pointe ne me dérange pas », assure l’attaquant des Bleus.

Il n’empêche que celui-ci, auteur du premier but dans le Grand Stade face à Troyes (4-1), ne s’est pas procuré la moindre opportunité dans le derby. S’il a signé sa première passe décisive de la saison (pour Mathieu Valbuena) mercredi en Coupe de France, Alexandre Lacazette a vendangé sa seule balle de but en fin de rencontre. « Contre Saint-Etienne, il nous a surtout manqué un apport supplémentaire de nos milieux de terrain. Ce n’est pas lié au système mais à l’animation du milieu, qui a été un peu timide », estime Bruno Genesio, qui devrait confirmer ces trois choix forts devant l’OM.

>> A lire aussi: L’OL évite sans encombre le piège de Chambly