ASSE: Franck Tabanou fait «une Guilavogui» en revenant déjà à Saint-Etienne

FOOTBALL En échec à Swansea, le latéral gauche de 26 ans a été prêté ce jeudi à l'ASSE jusqu'à la fin de la saison. Franck Tabanou illustre les bonnes relations que conserve souvent le club stéphanois avec ses anciens joueurs...

Jérémy Laugier

— 

Franck Tabanou, ici au duel avec le Parisien Marco Verratti en janvier 2015, pourrait rendre de précieux services aux Verts.
Franck Tabanou, ici au duel avec le Parisien Marco Verratti en janvier 2015, pourrait rendre de précieux services aux Verts. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

L’ASSE conserve décidément de très bons liens avec ses anciens joueurs. En tête d’affiche, Pierre-Emerick Aubameyang, qui brille depuis plus de deux ans au Borussia Dortmund, fait très souvent référence à son attachement aux Verts, comme avant le derby dimanche dernier.

Ce jeudi, le club stéphanois vient surtout d’officialiser le retour de son ancien arrière gauche Franck Tabanou, sous la forme d’un prêt (sans option d’achat) jusqu’à la fin de la saison. Révélé à Toulouse, le joueur de 26 ans a disputé 65 matchs de Ligue 1 en deux années avec l’ASSE avant d’être transféré l’été dernier à Swansea pour 5 millions d’euros.

>> A lire aussi : Franck Tabanou a reculé pour mieux s’élever

Franck Tabanou : « Ici, il n’y aura pas de temps d’adaptation »

Chez l’actuel 17e de Premier League, il n’a pas connu la moindre apparition en championnat, ce qui l’a poussé à envisager un départ. « Mon idée, c’était de reprendre du plaisir. Alors, autant le faire dans un endroit que je connais. Ici, il n’y aura pas de temps d’adaptation », a confié Franck Tabanou dans L’Equipe ce jeudi.

Ce retour dans le Forez, six mois après en être parti, rappelle celui de Josuha Guilavogui en janvier 2014. L’ancien milieu défensif (désormais à Wolfsburg) était alors en galère aux côtés de Diego Simeone suite à son transfert à l’Atletico Madrid l’été précédent. Ses derniers mois à Saint-Etienne, de février à mai 2014 n’avaient pas laissé un souvenir impérissable (6 titularisations en L1), notamment en raison d’une blessure à la cuisse en avril.