Avalanche aux 2 Alpes: Au moins trois morts dont deux lycéens lyonnais

MONTAGNE Le drame a fait trois morts dont deux lycéens lyonnais...

20 Minutes avec AFP
— 


Un exercice de sauvetage en montagne a mobilisé une centaine de CRS, secouristes, pisteurs, médecins, le mercredi 11 décembre 2013 aux Deux-Alpes (Isère).
Un exercice de sauvetage en montagne a mobilisé une centaine de CRS, secouristes, pisteurs, médecins, le mercredi 11 décembre 2013 aux Deux-Alpes (Isère). — William Molinié / 20 MINUTES

Terrible drame dans les Alpes. Une avalanche a fait trois morts mercredi sur une piste fermée des Deux Alpes (Isère), dont deux adolescents, qui faisaient partie d'un groupe de lycéens lyonnais skiant avec leur professeur, lui-même grièvement blessé. Une enquête pour homicides involontaires a été ouverte.

«Toute la lumière sera faite sur les circonstances de ce drame», a déclaré la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem à la presse, mercredi soir, appelant à «respecter l'intimité des familles et le temps de deuil». Des dizaines de lumignons étaient allumés devant la grille du lycée où était accroché ce message: «Une pensée aux Premières option sport. Courage aux victimes et aux élèves. Courage aux familles, restez forts».

>> Retrouvez notre live par ici

Parmi les deux jeunes décédés figure une jeune fille de 16 ans, retrouvée par les secours en arrêt cardio-respiratoire, selon un communiqué de la station. Un de ses camarades, lui aussi élève de première, est décédé au CHU de Grenoble où il avait été transporté inconscient. La troisième victime est un Ukrainien, qui ne faisait pas partie du groupe scolaire. Le pronostic vital du professeur blessé, transporté lui aussi à l'hôpital, n'est pas engagé, selon la préfecture de l'Isère.

Un groupe de 19 élèves et trois encadrants

Les adolescents victimes de l'avalanche faisaient partie d'un groupe de 19 élèves et trois encadrants du lycée Saint-Exupéry de Lyon. Tous les autres sont «sains et saufs» et vont être reconduits en car à leur lycée du quatrième arrondissement de la ville, selon un communiqué du ministère de l'Intérieur.

Les recherches se poursuivaient en début de soirée pour retrouver d'éventuelles autres victimes. Mais «à ce stade, on ne nous a pas signalé l'absence d'une personne qui aurait pu être emportée», a précisé le commandant du groupement de gendarmerie de l'Isère, le colonel Jean-Luc Villeminey. «Tant que nous n'aurons pas levé totalement le doute, nous ne lèverons pas les recherches qui consistent à s'assurer que personne n'est resté sous la coulée de neige», a-t-il souligné.

«La piste n'était pas skiable»

«C'est une avalanche de 20 mètres de large, sur 100 mètres de dénivélation et 300 mètres de long. Un cas typique de plaque à vent, c'est-à-dire d'une plaque de neige formée par le vent très fort des derniers jours. La neige fraîche a trop peu adhéré», a précisé à l'AFP Dominique Létang, directeur de l'Anena (Agence nationale pour l'étude de la neige et des avalanches).

«Ce qui interpelle, c'est le nombre de gens impliqués alors qu'on répète sans arrêt qu'il faut passer un par un quand il y a une instabilité du manteau neigeux. Cela fait rager. Le risque d'avalanche était de trois (marqué) sur une échelle de cinq. Cette piste n'avait pas été ouverte de la saison car il avait trop peu neigé. Ce n'était pas skiable», a-t-il ajouté.

Selon France Info, le procureur de la République a demandé l'ouverutre d'une information judiciaire pour homicides involontaires. Outre qu'elle était fermée au public, la piste, noire, n'était pas damée et était recouverte d'une épaisse couche de poudreuse fraîchement tombée.

«Solidarité de toute la Nation»

«J'adresse aux proches des victimes mes sincères condoléances et les assure de la solidarité de toute la Nation», a déclaré François Hollande, selon un communiqué de l'Elysée. Sur Twitter, Manuel Valls a fait part de sa «grande tristesse», le maire de Lyon Gérard Collomb s'est dit «bouleversé» et le député de l'Isère Erwann Binet a adresé son «soutien aux jeunes, aux familles inquiètes et celles qui sont dans la douleur».

Grande tristesse après l'avalanche de cet après-midi aux Deux Alpes. Toutes nos pensées aux victimes et à ceux qui se battent pour la vie.
— Manuel Valls (@manuelvalls) January 13, 2016
Bouleversé par le drame qui frappe la cité scolaire St Exupéry de #Lyon. Mes premières pensées vont aux victimes & leurs proches. #avalanche
— Gérard Collomb (@gerardcollomb) January 13, 2016
Pensée émue pour les victimes #avalanche #DeuxAlpes, soutien aux jeunes, aux familles inquiètes et celles qui sont dans la douleur
— Erwann Binet (@erwannbinet) January 13, 2016

Une cellule de crise a été ouverture auprès du rectorat de Lyon à ce numéro : 04 72 80 60 60.