Lyon: Une exposition «jeu de rôles» pour prendre conscience des grands enjeux climatiques

ÉVÉNEMENT «Nés quelque part» est présentée jusqu'au 12 mars à La Sucrière...

Elisa Frisullo

— 

Lors de l'exposition Nés quelque part à Paris, fin 2015.
Lors de l'exposition Nés quelque part à Paris, fin 2015. — Kéa Nop pour l’Agence Française de Développement.

Glissez-vous dans la peau de Manolo, Nana, Victor, Bilikiss ou Waito… Jusqu'au 12 mars, la Sucrière accueillera Nés quelque part, une exposition interactive imaginée par l’Agence française de développement pour sensibiliser de manière ludique le public aux grands enjeux climatiques.

Pendant une heure et quart, le spectateur sera invité à s’immerger dans l’univers et le quotidien de 21 personnages vivant au Maroc, au Niger, au Cameroun ou encore au Cambodge. « Ce parcours va le mener à la découverte d’un pays et lui faire toucher du doigt les défis du développement », indique Emmanuel Dollfus, président de l’Agence Française de développement (AFD), un établissement public qui accompagne les politiques de développement dans 99 pays en émergence.

Entre le spectacle et le jeu de rôle

Accompagnés par des comédiens, les visiteurs (dès 9 ans), dotés d’un carnet de voyage, seront transportés dans la vie de leur personnage, inspirée de faits réels observés sur le terrain par les experts de l’AFD. Au cours d’une scénographie mêlant spectacle, jeu de rôle et découverte sensorielle, ils devront accomplir une mission en lien avec les enjeux du pays dans lequel ils sont embarqués.

>> A lire aussi : Nés quelque part, l’expo qui vous emmène ailleurs

En suivant Nana, une Nigérienne de 18 ans, le public sera plongé dans le quotidien de cette jeune mère de famille dont la petite fille souffre de malnutrition. Il découvrira ses difficultés pour se rendre à l’hôpital, loin de son lieu de vie, et faire soigner son enfant. Cette histoire a pour objectif de sensibiliser au fort impact de la sécheresse sur les habitants au Niger, où l’accès à l’eau est un véritable défi. Chacun sera invité à trouver une solution pour aider la population à accéder à un point d’eau.

Sauver les tortues de Fakarava

En plongeant dans la vie de Méhiata, 23 ans, habitante d’une île de Polynésie, le spectateur sera confronté à la disparition des tortues de Fakarava, menacées par la montée des eaux et les tempêtes fréquentes. Ici, il s’agira de trouver des solutions pour sauver les tortues.

A l’issue du voyage, un temps d’échange et de dialogue sera proposé dans l’Agora de l’exposition. « L’idée est de permettre à chacun de voir quelles leçons tirées de cette exposition et quelles solutions mettre en place pour agir dans sa vie à Lyon », ajoute Emmanuel Doolfus.

 

Lors de l'exposition Nés quelque part présentée fin 2015 à Paris et dévoilée à Lyon le 2 février 2016. - Kéa Nop pour l’Agence Française de Développement.

 

Eveiller les consciences de manière ludique

Pour la Métropole de Lyon qui, comme la région Auvergen Rhône-Alpes, a soutenu l’AFD dans l’organisation de cette exposition, l’événement passé par Paris fin 2015 est fondamental pour éveiller les consciences sur les grands défis à venir.

« Qu’on habite en Asie, en Afrique, en Amérique du Sud ou en Europe, si nous n’avons pas la même vision de développement et la volonté de créer les conditions de développement digne pour tous, on va droit à la catastrophe », estime Bruno Charles, chargé de l’Environnement à la Métropole. « Nous avons un avenir commun, quel que soit le pays dans lequel on vit et même si nous sommes de cultures différentes. Cette conscience-là, il faut la propager pour que l’on fasse cette transition en commun ».

Un tour de France en 2016 et 2017

L’exposition (entre 6 et 10 euros l’entrée), organisée autour de quatre séances quotidiennes, pourra accueillir 240 visiteurs par jour. Il est donc vivement conseillé de réserver ses places en ligne sur le site de l’événement.

Lors de son passage à Paris, l'événement, lancé au lendemain des attentats survenus à Paris, a attiré 7 000 visiteurs. Après Lyon, Nés quelque part devrait faire escale à Marseille et dans le Nord-Pas-de Calais/Picardie en 2016, puis à Strasbourg, Nantes et Bordeaux en 2017.