OL: Contre Tours, Fournier a été «obligé» de faire jouer Mapou Yanga-Mbiwa

FOOTBALL Le défenseur central lyonnais a signé une mi-temps effrayante ce mercredi lors du 8e de finale de Coupe de la Ligue face à Tours (2-1)...

Jérémy Laugier

— 

Mapou Yanga-Mbiwa avait une nouvelle fois la tête des mauvais jours ce mercredi, surtout suite à l'égalisation du Tours FC.
Mapou Yanga-Mbiwa avait une nouvelle fois la tête des mauvais jours ce mercredi, surtout suite à l'égalisation du Tours FC. — ROMAIN LAFABREGUE / AFP

Gerland n’avait pas besoin de ça pour flipper. Son 8e de finale de Coupe de la Ligue face au 13e de Ligue 2, Tours, semblait idéal sur le papier ce mercredi. Mais l’OL actuel, totalement dans le trou au niveau de la confiance, peut être mis en danger par presque n’importe qui.

Dans un Gerland sonnant creux (moins de 16.000 spectateurs pour sa vraie dernière), la première mi-temps n’était déjà guère rassurante, malgré une avance (1-0) grâce à un penalty de Claudio Beauvue. Mais voir Mapou Yanga-Mbiwa accélérer son échauffement à la pause a suffi à faire passer un cap dans l’angoisse collective. Touché au dos pour son match de reprise, Christophe Jallet a cédé sa place à l’ancien défenseur montpelliérain (46e).

>> A lire aussi: Revivez la victoire en galérant de l'OL face à Tours (2-1), grâce à un doublé de Claudio Beauvue

Une mi-temps indigne de l’OL aux côtés de Bakary Koné

« Il est dans une passe très difficile, reconnaît Hubert Fournier. Ce soir, les aléas ont fait que j’ai été obligé de le mettre en deuxième mi-temps. Il rentre dans une équipe qui doute, ce qui n’est pas facile avec sa crise de confiance. » Umtiti et Bisevac blessés, Lindsay Rose mis au placard depuis de longues semaines, Jérémy Morel décalé en latéral gauche en raison de la sortie de Jallet, Mapou Yanga-Mbiwa a comme on pouvait le craindre signé une seconde période catastrophique aux côtés de Bakary Koné, à peine plus rassurant.

On a bien compris qu’Hubert Fournier aurait vraiment voulu avoir d’autres solutions sur le banc pour éviter d'avoir à le relancer, surtout au vu de sa prestation au Parc des Princes dimanche (5-1). La fébrilité chronique du duo « Mapou-Bako » a bien failli coûter la qualification à l’OL, avec pas moins de six grosses occasions (dont un but) concédées. Difficile d’imaginer que la trêve permette à l’international tricolore, sifflé par une partie de Gerland à chaque ballon touché, de retrouver le niveau et la confiance qu’il avait lors du surprenant titre de Montpellier. Cette épopée (2011-12) commence à dater...