Régionales 2015: Laurent Wauquiez, l'homme pressé de la droite, prend Auvergne Rhône-Alpes

PORTRAIT « 20 minutes » dresse le portrait du maire du Puy-en-Velay, candidat de la droite et du centre, qui a remporté l'élection régionale ce dimanche…

Caroline Girardon
— 
Laurent Wauquiez , le 9 décembre à Saint-Etienne. AFP / PHILIPPE DESMAZES
Laurent Wauquiez , le 9 décembre à Saint-Etienne. AFP / PHILIPPE DESMAZES — AFP

Ses détracteurs, parfois même dans son propre camp, aiment le présenter comme un ambitieux solitaire, prêt à tout pour réussir. « Le sniper de l’UMP », le roi des coups bas, résumait l’un de ses collègues dans Le Monde en 2012. Force est de constater : à 40 ans, Laurent Wauquiez a connu une ascension fulgurante. Non sans se faire quelques ennemis.

>> Lire aussi UMP : Sept choses surprenantes sur Laurent Wauquiez

En 2004, âgé de 29 ans, il pointe le bout de son nez à l’Assemblée, devenant le plus jeune député de France, succédant à Jacques Barrot, son mentor. La machine est lancée. Trois ans plus tard, le voilà propulsé au gouvernement, où il est nommé ministre des Affaires européennes et de l’Enseignement supérieur. 2008 sera l’année de son élection à la mairie du Puy-en-Velay.

Le visage de la droite décomplexée

Plus rien ne le freine. Préférant faire oublier qu’il est bien né ou que son CV est l’un des plus prestigieux de l’UMP, l’élu va commencer à casser son image de gendre idéal. Eternellement affublé de sa parka rouge, le modéré apprend à choquer.

>>Toutes les infos du second tour des Régionales à retrouver dans notre live

Deux trois phrases cinglantes et Laurent Wauquiez devient rapidement l’incarnation de la branche « réac » de la droite affichant ouvertement sa farouche opposition au mariage homosexuel, et parlant « du cancer de l’assistanat ».

A 40 ans, l’énarque ne compte pas s’arrêter à cette conquête de la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes. Il n’a jamais réellement caché son ambition de conquérir la ville de Lyon en 2020.