Lyon: Le retour à l'équilibre s'éloigne aux Hospices civils de Lyon, plombés par un fort déficit

SANTÉ Le 2e CHU de Lyon, qui espèrait voir sa situation financière s'assainir en 2016, va devoir rester au régime sec...

Elisa Frisullo
— 
Lyon, le 6 juillet 2015. Illustration du service des urgences de l'hôpital Edouard Herriot à Lyon pendant la canicule.
Lyon, le 6 juillet 2015. Illustration du service des urgences de l'hôpital Edouard Herriot à Lyon pendant la canicule. — Elisa Frisullo / 20 Minutes

Les économies drastiques vont se poursuivre aux Hospices civils de Lyon (HCL). Après des années de fort déficit, le 2e CHU de France devrait de nouveau achever 2015 dans le rouge, contrairement à ce qui était envisagé, il y a deux ans, lors de la validation par l’Agence régionale de santé du plan de retour à l’équilibre .

«En 2013, nous avions réalisé des hypothèses sur l’évolution de nos recettes. Mais depuis, le contexte national a évolué et est beaucoup plus contraint. Le budget de l’assurance maladie baisse depuis 3 ans et, en bout de chaîne, les hôpitaux subissent la diminution des tarifs», indique Guillaume Couillard, directeur général adjoint des HCL.

Les Hospices ont notamment subi une diminution de la tarification à l’activité (T2A) et des dotations de l’assurance maladie. «Lorsque les tarifs de la T2A diminuent de 1 %, pour nous c’est 8 millions de recettes en moins», précise le directeur général adjoint.

>> A lire aussi: L'hémorragie se poursuit aux HCL

Un déficit de 35 à 40 millions

Les HCL devraient ainsi accuser un déficit d’exploitation estimé entre 35 millions et 40 millions cette année, contre 22 millions en 2014, ce qui compromet le retour à l’équilibre annoncé pour fin 2016, comme le rapportait en début de semaine Acteurs de l’économie. Pour conserver leurs capacités d'investissements, et poursuivre notamment les chantiers de réhabiliation en cours dans les hôpitaux Edouard-Herriot et Louis-Pradel, sans avoir à trop augmenter leurs économies, le CHU a demandé au Comité interministériel de Performance et de la Modernisation de l'Offre de Soins un report du retour à l’équilibre à fin 2019.

«Nous continuerons évidemment à faire les économies sur lesquelles nous nous sommes engagés. En 2014, nous avons fait 23 millions d’euros d’économies. En 2015, elles seront de l’ordre de 30 à 35 millions d’euros», ajoute Guillaume Couillard. Après avoir supprimé 90 postes nets cette année, en réorganisant les services et en ne remplacement pas les départs, les HCL devraient de nouveau se passer d’une centaine d’emplois en 2016.

>> A lire aussi: Les Hospices civils de Lyon limitent leur déficit et poursuivent leur réorganisation

Développer des services annexes pour augmenetr les recettes

En parallèle, le CHU espère augmenter ses recettes en développement l’activité de chirurgie ambulatoire, qui nécessite moins de lits donc moins de personnels, et compte sur une meilleure organisation de la gériatrie pour gagner en qualité des soins offerts aux seniors et en efficacité. Au 1er janvier 2016, un institut du vieillissement doit être créé afin d’améliorer et développer la coordination entre les différents services médicaux intervenant dans la prise en charge de patients âgés.

Ils comptent également sur le développement des activités annexes sans lien avec les soins pour augmenter leurs rentrées d'argent. Une conciergerie, proposant une trentaine de services payants aux patients (coiffure, soins du corps, corbeilles de fruits, pressing…), vient ainsi d’ouvrir ses portes à la Croix-Rousse et pourrait être étendue à d’autres hôpitaux en cas de succès.