Régionales Auvergne Rhône-Alpes: Collomb sort de son silence pour soutenir Queyranne

ÉLECTIONS Pendant la campagne puis depuis le premier tour, le maire PS de Lyon est resté très discret...

Elisa Frisullo

— 

Lyon, le 15 septembre 2015. Le maire de Lyon Gérard Collomb. WITT/SIPA
Lyon, le 15 septembre 2015. Le maire de Lyon Gérard Collomb. WITT/SIPA — SIPA

Son silence devenait pesant. Après être resté très discret durant toute la campagne des Régionales, puis totalement muet depuis le premier tour, le maire PS de Lyon Gérard Collomb, absent dimanche soir à la soirée électorale à la préfecture, a fini par sortir de sa réserve, ce mardi, pour afficher son soutien au président socialiste sortant de Rhône-Alpes et candidat Jean-Jack Queyranne.

Le sénateur-maire de Lyon, dont l’épouse a un temps figuré sur les listes Queyranne avant de démissionner, a appelé, dans un communiqué « l’ensemble des électeurs d’Auvergne-Rhône-Alpes à soutenir le 13 décembre par leur vote la liste de rassemblement conduite par Jean-Jack Queyranne ».

>> A lire aussi: Le PS du Rhône appelle à voter Queyranne pour la première fois, Collomb reste muet

La Région, «un appui constant»

« Le premier tour des élections régionales a livré son verdict : il est inquiétant. Avec plus de six millions d’électeurs, le Front National est arrivé en tête dans six régions sur 13, devenant la première force politique du pays (…) Je me réjouis qu’à Lyon sa montée en puissance ait pu être contenue. Les Lyonnais ont montré, par leur vote, qu’ils étaient fidèles aux valeurs humanistes », a également souligné Gérard Collomb, expliquant les résultats enregistés dimanche par les efforts réalisés en faveur de l’emploi, de la qualité de vie ou du logement.

Régionales 2015 : Les Verts et le PC se rangent derrière Queyranne en vue du second tour en Auvergne-Rhône-Alpes

« Depuis maintenant 11 ans, le Grand Lyon et la Ville de Lyon ont toujours trouvé dans la Région un appui constant », a ajouté l’édile lyonnais dont les relations avec Jean-Jack Queyranne n’ont pas toujours été des plus chaleureuses.

Au soir du premier tour, Jean-Jack Queyranne était arrivé en troisième position en Auvergne Rhône-Alpes, avec 23,93 % des voix, derrière le candidat de la droite et du centre Laurent Wauquiez (31,73 %) et le frontiste Christophe Boudot (25,52 %). A Lyon, l’ancien ministre de 70 ans était arrivé en tête, avec 32,13 % des suffrages, talonné par le maire du Puy-en-Velay (30,93 %) et loin devant le FN (15,13 %)