ASSE: Après Nabil Fekir, Romain Hamouma est le nouveau roi de la provoc' en Ligue 1

FOOTBALL L'attaquant stéphanois, qui a obtenu le généreux penalty de l'égalisation ce dimanche face à Rennes (1-1), est un véritable poison pour les défenses adverses...

À Saint-Etienne, Jérémy Laugier

— 

L'audace de Romain Hamouma n'est pas tout le temps récompensée. Face à l'OM de Steve Mandanda (0-2) deux semaines plus tôt, l'attaquant stéphanois avait reçu un carton jaune pour simulation.
L'audace de Romain Hamouma n'est pas tout le temps récompensée. Face à l'OM de Steve Mandanda (0-2) deux semaines plus tôt, l'attaquant stéphanois avait reçu un carton jaune pour simulation. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Si Nabil Fekir avait attiré toute la lumière la saison passée en Ligue 1, c’est aussi via son record de six penaltys provoqués, tous grands championnats européens confondus. Derrière le dribbleur lyonnais, Romain Hamouma avait tout de même obtenu (plus discrètement) quatre penaltys sous le maillot du voisin stéphanois. Difficile d’oublier par exemple son régal de petit pont entraînant l’obstruction de Jérémy Morel lors du nul (2-2) face à l’OM en février dernier.

En l’absence de Fekir, qui se remet actuellement de sa grave blessure au genou, l’attaquant des Verts est clairement devenu l’arme fatale du championnat dans sa science d’obtenir des penaltys. Dernière victime en date : le Stade Rennais, rejoint dans le dernier quart d’heure ce dimanche suite à un léger contact dans la surface entre Hamouma et Sylvain Armand (1-1).

>> A lire aussi: L'ASSE arrache un triste nul face à Rennes

« Il ne faut pas me toucher », sourit l’intéressé ce dimanche

« J’enrage sur ce penalty d’Hamouma, a reconnu devant la presse l’entraîneur breton Philippe Montanier. A vitesse réelle, ça se siffle. Après, on connaît Hamouma et on avait fait un montage vidéo sur sa capacité à chercher le penalty. » Un peu comme l’OL sanctionné la veille par deux coups de tête de l’Angevin Cheikh N’Doye dont il se méfiait pourtant beaucoup, Rennes est donc tombé dans le piège redouté.

« Je pense qu’il [Sylvain Armand] me touche même si c’est léger. Je ne peux pas forcément passer car je crois qu’il y a son genou. Je pense qu’il y a faute. Il ne faut pas me toucher », sourit l’intéressé, qui reste sur trois penaltys provoqués en dix jours, entre Rosenborg (1-1) en Ligue Europa, Guingamp (3-0) et celui de ce dimanche contre Rennes (1-1). Un secteur qui compte autant que les autres statistiques d'Hamouma (3 buts et 1 passe décisive en L1), surtout dans la mauvaise passe actuelle des Verts.