OL: Juninho a (presque) sauvé le samedi cauchemardesque de Gerland

FOOTBALL L'OL a eu beau s'incliner une nouvelle fois face à Angers (0-2), pour les adieux de Gerland à la Ligue 1, le retour de Juninho a illuminé Lyon samedi...

Jérémy Laugier

— 

Six ans après son départ de Lyon, Juninho a vécu un bain de foule au milieu des supporters avant OL-Angers samedi.
Six ans après son départ de Lyon, Juninho a vécu un bain de foule au milieu des supporters avant OL-Angers samedi. — J.Laugier/ 20 Minutes

Les supporters lyonnais rêvaient de ce moment depuis six ans. Juninho, l’homme aux 100 buts sous le maillot de l’OL, était enfin de retour à Gerland samedi, pour la dernière en Ligue 1 de ce stade où il a tant brillé. Alors pensez bien que même une nouvelle défaite (0-2) à domicile face à Angers n’allait pas suffire à éclipser l’événement.

« Il s’est construit une telle légende à l’OL qu’il est normal qu’il soit pris d’assaut par tout le monde quand il revient à Lyon », souligne Nicolas Puydebois, ancien gardien remplaçant de Grégory Coupet. Celui-ci a constaté, samedi matin lors d’un match de gala entre ex-joueurs lyonnais, que le Brésilien n’avait « heureusement plus la même puissance de frappe » à 40 ans.

>> A lire aussi : Juninho ne se sent « pas prêt » à entraîner Lyon

Une saison morose propice à la nostalgie

Après avoir sagement balayé devant la presse la rumeur l’envoyant sur le banc lyonnais à la place d’Hubert Fournier, Juninho, qui devrait obtenir ses diplômes de manager en 2017, a fendu la foule l’attendant devant le Palais des Sports. A moins d’une heure de ce si fade OL-Angers, le public s’est empressé de scander à nouveau « Juninho, lala lalala, Pernambucano, lala lalala » qui a tant accompagné Gerland durant les sept titres des années 2000.

Le chant a été repris une dizaine de fois, durant la défaite de l’OL que l’ancien grand spécialiste des coups francs a suivie depuis le Kop Virage Nord. Là où sa légende ne s’est en rien effacée. Bien au contraire même en cette saison morose propice à la nostalgie. « On a revu Juni. Quoiqu’il arrive maintenant, c’est une journée réussie », hurlait un adolescent à son père samedi après-midi avant d’entrer dans le stade de Gerland. Comme s’il s’attendait à être déçu, une fois de plus, par les héritiers du Brésilien préféré des Lyonnais…