Ligue 1: Comment Angers a basculé «dans un monde presque irréel»

FOOTBALL Surprenant vainqueur (0-2) à Gerland samedi, le SCO s’appuie notamment sur une implacable discipline défensive lui permettant d’être seul dauphin du PSG en L1…

A Lyon, Jérémy Laugier
— 
Le milieu sénégalais Cheikh N'Doye, félicité par Romain Saïss, a encore fait parler son incroyable jeu de tête samedi à Gerland. JEANPHILIPPE KSIAZEK
Le milieu sénégalais Cheikh N'Doye, félicité par Romain Saïss, a encore fait parler son incroyable jeu de tête samedi à Gerland. JEANPHILIPPE KSIAZEK — AFP

« On reprend nos habitudes de clean-sheets. » A l’image de tout l’effectif angevin, Gaël Angoula se prend plus que jamais au jeu d’une solidité défensive hors pair après le succès (0-2) à Lyon samedi. Le SCO a ainsi conclu à Gerland son 11e match de la saison (en 17 journées) sans avoir encaissé le moindre but, un record sans équivalent dans les cinq meilleurs championnats européens.

Seul dauphin du PSG avec 30 points, le bluffant promu a réussi l’exploit de récolter sept points en une semaine face à Lille, Paris et Lyon. Et devant une attaque composée de Mathieu Valbuena et d’Alexandre Lacazette, Ludovic Butelle a été très peu inquiété (un seul tir cadré pour l’OL). « On a réussi ce qu’on sait faire de mieux, à savoir être bien en place et essayer de placer des contres à chaque possibilité. Les joueurs ont vraiment réalisé un match quasi parfait », souligne logiquement l’entraîneur Stéphane Moulin.

>> A lire aussi : L’OL gâche totalement sa fête à Gerland en s’inclinant contre Angers

Romain Thomas : « Un groupe de copains sur son petit nuage »

Parfaitement guidé par son géant sénégalais Cheikh N’Doye, auteur d’un retentissant doublé de la tête samedi (17e, 81e), Angers n’a désormais plus le profil d’équipe euphorique auteur d’un exploit de temps en temps. « Nous sommes un groupe de copains qui se trouve actuellement sur son petit nuage, confie l’impeccable défenseur central Romain Thomas. A nous de faire en sorte que ça dure avec beaucoup de courage et de solidarité. »

Même privé en cours de match face à l’OL de deux cadres au milieu, Thomas Mangani et Abdoul Camara, victimes d’une entorse à la cheville, le SCO a récité son plan de jeu avec une épatante maturité. « On vit des moments exceptionnels et on a basculé dans un monde presque irréel », sourit Stéphane Moulin.