OL: «Le coach, pas le coach, c'est de la foutaise», peste Mathieu Valbuena

FOOTBALL Le milieu de terrain lyonnais annonce que «l’OL n’est pas une grande équipe» au vu de son absence de véritable réaction face à Angers (0-2) ce samedi. Il revient aussi sur la situation d'Hubert Fournier...

Jérémy Laugier

— 

Mathieu Valbuena n'a pas mâché ses mots ce samedi suite au nouveau revers de l'OL (0-2) face à Angers.
Mathieu Valbuena n'a pas mâché ses mots ce samedi suite au nouveau revers de l'OL (0-2) face à Angers. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Hubert Fournier a sans doute apprécié la réaction de Mathieu Valbuena ce samedi. Sifflé par une partie de Gerland samedi suite au nouveau revers lyonnais (0-2) face à Angers, l’entraîneur a indirectement été mis hors de cause par le milieu de terrain international. « La faute revient à nous les joueurs à 100 %, a-t-il confié à Canal + après le match. Le coach, pas le coach, la tactique, le contre ou pas le contre… Tout ça c’est de la foutaise, on est les seuls responsables et il ne faut pas se cacher derrière ça. »

« Le coach essaie de mettre sa meilleure équipe pour qu’on soit le plus performant possible, c’est facile de tirer sur l’entraîneur », a poursuivi Mathieu Valbuena, auteur d’une frappe sur la transversale de Ludovic Butelle en deuxième mi-temps.

>> A lire aussi: Hubert Fournier est (pour l'instant) conforté par Jean-Michel Aulas

Anthony Lopes : « On quitte Gerland de la pire des manières possibles »

Le numéro 19 de l’OL est même allé jusqu’à livrer un âpre constat de la situation de l’OL, défait à cinq reprises lors de ses sept derniers matchs : « La force des grandes équipes, c’est de réagir et aujourd’hui on n’est pas une grande équipe. On reste sur des prestations catastrophiques et on est au plus bas. »

« Il n’y a pas d’explications à donner. On quitte Gerland de la pire des manières possibles », regrette également Anthony Lopes. Pas sûr que les déplacements à Valence mercredi et à Paris dimanche ne livrent de plus grands motifs d’espoir à ce groupe « en crise de confiance ».