Attentats à Paris : A Lyon, les jeunes se précipitent pour intégrer l'armée

ARMEE Depuis les attaques terroristes, le nombre de demandes de renseignements envoyées au centre d'informations et de recrutements des forces armées de Lyon, a plus que doublé ...

Caroline Girardon

— 

Lyon, le 25 novembre 2015
Depuis les attentats de Paris, le centre de recrutement de l'armée de Lyon a vu le nombre de demandes de candidatures multiplier par trois.
Lyon, le 25 novembre 2015 Depuis les attentats de Paris, le centre de recrutement de l'armée de Lyon a vu le nombre de demandes de candidatures multiplier par trois. —

A l’accueil, le téléphone ne cesse de sonner. Avec toujours cette même demande : prendre des renseignements pour intégrer l’armée. Depuis les attaques terroristes de Paris, le centre d’information et de recrutements des forces armées (Cirfa) de Lyon déborde d’appels.

Dans la salle, située à l’entrée du bâtiment, Charlène, 17 ans, visionne un petit film, en compagnie de Céline, sa mère. « J’ai envie de m’engager depuis quelques années déjà. Je veux faire un métier utile aux autres et servir la France », explique la lycéenne. « Les récents attentats n’ont fait qu’ajouter une motivation supplémentaire. Quand j’ai vu les soldats du Raid intervenir, j’avais envie d’être à la leur côté ».

« J’aurais aimé être à la place des militaires »

Même discours chez Mattéo, 17 ans également. Le garçon pousse pour la première fois les portes du Cirfa. « J’y pense depuis quelque temps. Je comptais venir me renseigner. Les attentats ont accéléré les choses », raconte-t-il. « J’aurais aimé être à la place des militaires ce soir-là pour aider les gens ».

Des dizaines de jeunes gens comme Charlène et Mattéo, défilent chaque jour dans les couloirs du centre. Cyril, 18 ans, a décroché un rendez-vous après avoir envoyé un mail de candidature. Etudiant en première année de licence écogestion, il ambitionne de devenir pilote de chasse. « L’idée m’est venue quand j’avais 7 ans. Les événements de Paris m’ont conforté dans cette optique et ont renforcé ma motivation », relate-t-il.

Attentats de Paris : Grosse affluence dans les centres de recrutements de l’armée française

« Après les attentats de Charlie Hebdo, les demandes de renseignements pour intégrer l’armée de terre ont été multipliées par deux. Depuis le 13 novembre, elles ont triplé », dévoile le capitaine Jean-Michel, chef du bureau armée de terre du Cirfa de Lyon. « Habituellement, on reçoit entre 40 et 50 mails pour jour. Lundi dernier, 250 messages nous ont été envoyés. Les autres jours de la semaine, on était entre 110 et 150 demandes par jour », complète le gradé.

Dans les autres services du Cirfa, on observe la même tendance. « Le taux de fréquentation de notre site internet a doublé depuis le mois de janvier. La semaine qui a suivi les attentats, on a observé une augmentation de 40 % des candidatures par rapport aux jours précédents. Pourtant nous n’avons pas de base maritime à Lyon et nous proposons des métiers essentiellement techniques », indique le lieutenant en charge du recrutement dans la marine.

Attentats à Paris : « Je veux défendre ma famille, ma patrie, être utile pour mon pays »

Même son de cloche du côté de l’armée de l’air où les demandes de renseignement ont quadruplé ces derniers jours. « On ressent un regain d’intérêt et de patriotisme chez les candidats. Les gens sont affectés par ce qu’il se passe. On a même vu revenir une soixantaine d’anciens militaires, qui ont quitté l’armée, se disant prêts à s’engager à nouveau en tant que réserviste », énonce l’adjudant-chef Sébastien, chargé du recrutement.

« Même si la demande afflue, nous avons gardé les mêmes exigences dans le recrutement. Nous n’enrôlons pas ceux qui témoignent d’un sentiment de vengeance », prévient néanmoins le capitaine Jean-Michel.