OL: Jean-Michel Aulas veut «combattre la sinistrose»

FOOTBALL Le président lyonnais préfère soutenir ses joueurs après l'élimination sans gloire en Ligue des champions, mardi face à La Gantoise (1-2)...

Au stade de Gerland, Jérémy Laugier

— 

Jean-Michel Aulas veut faire son possible pour que son groupe garde confiance avant la réception de Montpellier vendredi
Jean-Michel Aulas veut faire son possible pour que son groupe garde confiance avant la réception de Montpellier vendredi — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Rarement lors de ces dernières saisons, Jean-Michel Aulas n’a réagi aussi sobrement à une défaite marquante que ce mardi. Même si le revers lyonnais face à La Gantoise (1-2), synonyme d’élimination européenne, n’a été entériné que dans les arrêts de jeu, JMA a vite reconnu que « les trois adversaires de la poule (le Zénith, Valence et La Gantoise) étaient plus forts que l’OL ». Le président lyonnais a également constaté que « comme très souvent cette saison, on perd un peu nos moyens et on n’arrive plus à tenir le ballon quand on se fait rejoindre au score ».

Cela a été criant tant l’enthousiasme entraîné par l’ouverture du score de Jordan Ferri (7e) a peu à peu disparu, surtout après l’égalisation de Milicevic (32e). L’objectif de sa sortie médiatique du soir a surtout été de favoriser à son niveau un éventuel rebond d’un groupe profondément marqué par son élimination sans gloire, comme en attestaient les visages ce mardi soir.

>> A lire aussi : L’OL out of Europa, après sa défaite contre la Gantoise (1-2)

« Il ne faut pas que le club s’éparpille dans la déception »

« Ça ne sert à rien de se lamenter. Les joueurs sont complètement atterrés. Mon rôle n’est pas de les enfoncer mais de faire en sorte de les réconforter. Il faut combattre la sinistrose pour garder cette deuxième place, dès vendredi contre Montpellier. Il ne faut pas que le club s’éparpille dans la déception », insiste Jean-Michel Aulas.

Au vu des inquiétantes prestations enchaînées en cinq jours à Nice (3-0) et contre La Gantoise (1-2), rien n’indique qu’un discours présidentiel suffira à resserrer les rangs dans le camp lyonnais.