Roanne : Un an de prison avec sursis pour avoir maltraité des patients atteints d'Alzheimer

JUSTICE L'aide-soignante travaillait depuis 1978 dans un EPAHD de la Loire ...

Caroline Girardon
— 
Code pénal au tribunal (illustration)
Code pénal au tribunal (illustration) — 20 MINUTES/SIPA

Le tribunal correctionnel de Roanne dans la Loire a condamné ce mardi à un an de prison avec sursis, et l’interdiction définitive d’exercer auprès de personnes âgées une aide soignante de 55 ans pour avoir maltraité des patients atteints de la maladie d’Alzheimer. La peine est conforme aux réquisitions du parquet.

Les faits qui lui étaient reprochés, se sont déroulés entre janvier 2011 et mars 2014, à l’encontre de 26 résidents de l’Ehpad de La Pacaudière. L’aide-soignante, déléguée CGT, en poste dans l’établissement depuis 1978, aurait insulté et brimé plusieurs résidents.

Insultes et brimades

Ses collègues de travail l’avaient dénoncé, affirmant qu’elle punissait les pensionnaires en les laissant nus sur leur lit, qu’elle les enfermait dans leur chambre ou qu’elle enfonçait ses ongles dans leur cuisse pour les obliger à écarter les jambes lors des toilettes intimes.

>> Lire aussi : Roanne : Une aide-soignante accusée de maltraitance

« Elle est effondrée par sa condamnation », a réagi son avocat Frédéric Doyez. A l’audience le 30 septembre, sa cliente avait assuré n’avoir « jamais voulu punir » les pensionnaires. « C’était pour les protéger », avait-elle déclaré, concédant avoir « peut-être » dérapé en raison de la « fatigue et de la charge de travail », étant « seule la nuit » avec une auxiliaire de santé pour s’occuper de 82 résidents.