Attentats à Paris: Un appel historique lu par les imams dans les mosquées du Rhône

RELIGION Un prêche écrit par les représentants de l'Islam dans le Rhône sera lu aux fidèles lors des prières ce vendredi...  

Elisa Frisullo

— 

La Grande Mosquée de Lyon, en décembre 2009. Illustration. P
La Grande Mosquée de Lyon, en décembre 2009. Illustration. P — P. FAYOLLE/SIPA

Un appel à la paix, à l’introspection, à l’union et la fraternité. Une semaine après les attentats terroristes qui ont fait 129 morts le 13 novembre au soir à Paris, un texte « historique » est lu ce vendredi par les imams lors des prières dans les mosquées du Rhône.

Rédigé par Kamel Kabtane, recteur de la Grande mosquée de Lyon, Azzedine Gaci, recteur de la mosquée Othmane à Villeurbanne et le président du Conseil régional du culte musulman (CRCM) Laid Bendidi, ce prêche condamne une nouvelle fois avec la plus grande fermeté « ces honteux meurtres commis de sang-froid », « cette haine aveugle » et « folie meurtrière ».

Un examen de conscience indispensable

L’appel, mis en ligne sur le site du CRCM Rhône-Alpes, invite également les imams, éducateurs et recteurs de mosquées à l’autocritique et à l’introspection. « Nous devons faire notre propre examen de conscience pour répondre à ces questions essentielles. Pourquoi en est-on arrivé-là ? Comment expliquer que des jeunes se réclamant de l’Islam accomplissent des actes aussi barbares ? Comment lutter efficacement contre la barbarie, la terreur et la montée en puissance de la violence et du radicalisme ? ».

A lire aussi : Une prière pour la paix et la France prévue à la Grande mosquée de Lyon

« L’instrumentalisation du coran et de la tradition du prophète par des organisations terroristes comme Daesh rend urgente ce travail institutionnel de contextualisation de ces textes qui demeurent une référence spirituelle indéniable pour les musulmans », est-il écrit dans ce prêche qui invite également les non-musulmans « à apprendre, à écouter, et à connaître les musulmans sans les juger, ni douter de leur sincérité ».

Construire des ponts d’amitié et de fraternité

Dans la dernière partie de l’appel, les responsables religieux s’engagent notamment à construire « des ponts d’amitié et de fraternité », à « développer dans les mosquées les initiatives favorisant le vivre ensemble » et demandent aux jeunes musulmans de France « d’être des propagateurs de paix ». « C’est ensemble que nous devons faire face à tous les manipulateurs des consciences, aux prêcheurs de la haine et aux entrepreneurs de la violence », concluent-ils.