Attaques à Paris : Quatre nouvelles perquisitions la nuit dernière dans le Rhône

TERRORISME Les policiers n'ont procédé à aucune interpellation mais deux personnes ont été assignées à résidence...

Caroline Girardon
— 
Illustration de la police.
Illustration de la police. — WITT/SIPA

Quatre nouvelles perquisitions ont été effectuées la nuit dernière dans l’agglomération lyonnaise dans le cadre de l’état d’urgence, décrété vendredi soir à la suite des attaques terroristes de Paris.

>> Lire aussi : Cazeneuve annonce 128 perquisitions dans la nuit de lundi à mardi

Selon la préfecture du Rhône, elles se sont déroulées dans le 5ème arrondissement de Lyon, à Villefranche-sur-Saône, Vénissieux et Brignais. Elle a indiqué qu’il n’y avait pas eu de saisie d’arme et que les policiers n’ont procédé à aucune interpellation. Deux personnes ont été assignées à résidence.

Ces interpellations n’ont pas de lien direct avec l’enquête sur les attentats de Paris en elle-même. Elles concernent des dossiers « pas encore judiciarisés », à mi-chemin entre délinquance de droit commun et radicalisme. L’objectif de ces opérations antiterroristes est de « démanteler des bandes et le cas échéant des filières terroristes », a précisé lundi Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur.

Deux personnes toujours en garde à vue

Les policiers avaient procédé à cinq interpellations dans la nuit de dimanche à lundi dans l’agglomération lyonnaise. Trois personnes ont été relâchées lundi soir. Aucune charge n’a été retenue contre eux. En revanche, un homme de 35 ans et sa compagne étaient toujours en garde à vue mardi matin, selon l’AFP.

Lyon : Une cache d’armes découverte à Feyzin dans le cadre d’une opération antiterroriste

Soupçonné de trafic d’armes et de stupéfiants, le trentenaire a été arrêté lundi après-midi après la découverte d’un « arsenal de guerre » chez lui. Les policiers avaient trouvé à son domicile mais aussi chez ses parents, un lance-roquettes, un fusil d’assaut kalachnikov et des pistolets automatiques.