OL-Zénith: Crucifié en contres, «Lyon doit être plus intelligent» selon Alexandre Lacazette

FOOTBALL Comme face à Valence et lors du match aller face au Zénith, les Lyonnais ont cédé sur des contre-attaques mercredi en Ligue des champions...

Au stade de Gerland, Jérémy Laugier

— 

Alexandre Lacazette s'est démené sur le front de l'attaque lyonnaise face au Zénith, en vain.
Alexandre Lacazette s'est démené sur le front de l'attaque lyonnaise face au Zénith, en vain. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

« Ils ne jouent que sur les contres… », a soupiré Mapou Yanga-Mbiwa mercredi soir après la troisième défaite lyonnaise en Ligue des champions, la seconde de rang face aux redoutables contre-attaquants du Zénith (0-2). Plus que quiconque, l’ancien défenseur montpelliérain était pourtant prévenu, au vu de son match aller catastrophique en Russie (3-1). « Preuve en est qu’il ne suffit pas de le dire, il faut le mettre en application, a souligné Hubert Fournier après la rencontre. Le Zénith joue merveilleusement ses contres à tous ses matchs, et pas que contre nous. »

Reste que tout le monde semble bien les jouer face à l’OL cette saison, y compris Toulouse et Troyes ces dernières semaines en Ligue 1. A la différence près qu’Oscar Trejo et Fabien Camus sont à des années-lumière de ce tueur à gages d’Hulk, impliqué directement sur les cinq buts face à Lyon entre l’aller et le retour. « On ne peut pas enlever le poids énorme qu’a eu Hulk sur les deux rencontres, rappelle le coach lyonnais. Avoir un joueur de ce niveau-là, ça doit être sympa pour un entraîneur… » Plus que de constater que Nabil Fekir est encore à l’infirmerie pour un long moment, Hubert ?

Anthony Lopes sur les traces de Mapou Yanga-Mbiwa

« On dominait le match en première mi-temps, estime Corentin Tolisso. Sur leur seule vraie force, ils nous mettent un but et ça fait très mal. Les matchs se ressemblent un peu cette saison. On prend trop de contres. Face au Zénith, on savait qu’être déséquilibrés allait être payé cash. On a à cœur de marquer des buts et peut-être qu’on se projette un peu trop. » Ce désir offensif louable (5 tirs cadrés sur 19 seulement), qui a sérieusement disparu en seconde période, inspire une réflexion laconique à Alexandre Lacazette. « Ils ont su contrôler le match. On doit être plus intelligents », insiste l’attaquant lyonnais.

Un constat vivement relayé par Anthony Lopes : « Que ce soit en championnat ou en Ligue des Champions, nous sommes exposés aux contre-attaques adverses. Sur nos coups de pied arrêtés offensifs, on arrive à se faire prendre de vitesse, c’est inacceptable et alarmant. Aujourd’hui, il nous manque tout ». Sors de ce corps, Mapou