Lyon: Le public se mobilise pour sauver le seul manège de la Presqu’ile

POLEMIQUE Le gérant, sur la place de la République depuis trente ans, doit quitter les lieux le 3 janvier...

Elisa Frisullo

— 

Le manège de la place de la République dans le 2e arrondissement de Lyon est menacé de disparition.
Le manège de la place de la République dans le 2e arrondissement de Lyon est menacé de disparition. — E. Frisullo / 20 Minutes

Il a marqué les souvenirs d’enfance de nombreux Lyonnais devenus adultes. Près de trente ans après son ouverture dans le centre-ville de Lyon et des centaines de milliers de tours, le carrousel de la place de la République, dans le 2e arrondissement de Lyon, se retrouve sur la sellette. Les gérants des lieux, qui se succèdent l’été et l’hiver sur le site, ont en effet appris il y a quelques semaines par la municipalité que le manège n’avait plus sa place dans le quartier, en raison du réaménagement du secteur Grolée/République, censé débuter courant 2016.

Une décision brutale qui n’a pas manqué de faire réagir l’occupant hivernal de la place, présent de mi-octobre à mi-avril, mais prié cette année de quitter les lieux le 3 janvier. « Je comprends qu’il faille partir le temps du chantier. Mais on ne m’explique pas pourquoi le manège n’a plus sa place ici », indique Peter Hilt, dont le carrousel a déjà été déplacé de quelques dizaines de mètres par le passé en raison de travaux. « J’aimerais au moins que la mairie me laisser finir ma saison si les travaux ne commencent pas dès janvier », ajoute le gérant, qui sur les conseils de certains clients mécontents, a mis en ligne une pétition mi octobre.

Des propositions d'emplacements en dehors de la Presqu'Ile

Depuis, plus de 1 600 personnes lui ont apporté leur soutien, refusant de voir disparaître le seul manège de la Presqu’Ile. Parmi eux, David, un jeune père de famille. « Je venais ici enfant et je viens régulièrement avec ma fille. Ce carrousel fait partie du quartier, je ne comprends pas pourquoi il ne pourrait pas rester une fois les lieux réaménagés. Cela veut dire que pour faire du manège, il faudra sortir de la Presqu’Ile, c’est incompréhensible », confie le signataire de la pétition. « Je n’aurais jamais cru que cela prendrait une telle ampleur. Cela me fait chaud au cœur de voir les gens se mobiliser car cela prouve qu’ils sont attachés à notre manège », ajoute Peter Hilt, qui aimerait obtenir de la mairie centrale un autre emplacement en Presqu’Ile.

« Une phase de réflexion et de consultation est en train d’être menée entre la Ville, les forains et les mairies d’arrondissement pour répondre au mieux aux attentes des deux exploitants et identifier d’autres sites pour installer leur manège », indique l’Hôtel-de-Ville, également en discussion avec le gérant estival du manège. « Il a pris acte de la décision sans la contester et s’implique dans la concertation pour trouver un autre site », ajoute la municipalité, qui aurait sans doute préféré que la disparition du carrousel historique se fasse dans la plus grande discrétion.

Si l’avenir du manège reste encore très incertain, il paraît peu probable qu’il puisse rester en Presqu’Ile. Selon les informations parvenues au forain, le maire PS Gérard Collomb se serait opposé à son installation place Louis-Pardel ou place Antonin-Poncet. « On me propose l’esplanade du parc Sergent Blandan, dans le 7e, ou la place Maréchal-Lyauthey, dans le 6e. Ce sont des sites où le passage du public est beaucoup plus faible », regrette Peter Hilt.