Villeurbanne: Une cinquantaine de migrants de Calais attendue ce mardi dans un centre de transit

DEMANDEURS D'ASILE Ils font partie des 300 personnes volontaires qui ont quitté Calais ce mardi…

Elisa Frisullo

— 

Le 29 octobre 2015 à Calais, lors du départ de 300 migrants, répartis dans divers centres d'accueil de France, dont un centre de transit de Villeurbanne. 
AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN
Le 29 octobre 2015 à Calais, lors du départ de 300 migrants, répartis dans divers centres d'accueil de France, dont un centre de transit de Villeurbanne. AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN — AFP

Ils ont préféré quitter la « jungle » de Calais où s’entassent près de 6.000 personnes pour rejoindre un lieu temporaire de vie plus digne et plus serein. Vers 18 h 30 ce mardi, une cinquantaine de migrants vivant jusqu’alors à Calais devraient être accueillis au centre de transit de Villeurbanne, l’un des deux établissements de ce type en France (avec Créteil) offrant 220 places à l’année aux demandeurs d’asile. Ces personnes font partie des 300 migrants qui ont accepté de quitter le célèbre bidonville du Nord de la France ce mardi.

« Face à l’afflux de nouveaux migrants à Calais, Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, a annoncé le 21 octobrela mise en œuvre d’un effort exceptionnel en termes d’accompagnement humanitaire des migrants. Parmi les mesures, il est proposé aux migrants qui le souhaitent de s’éloigner de Calais et de bénéficier de meilleures conditions d’accueil afin que soit traitée leur demande d’asile ou envisagé un retour réinsertion dans leur pays d’origine », a rappelé ce mardi dans un communiqué la préfecture du Rhône.

Des Soudanais qui ont renoncé à gagner l’Angleterre

Les personnes attendues à Villeurbanne ont pour la plupart le même profil. « Il s’agit d’hommes seuls originaires du Soudan qui, après un temps avoir voulu rejoindre l’Angleterre depuis Calais, ont finalement décidé de déposer une demande d’asile auprès de la préfecture de Calais », explique une porte-parole de Forum Réfugiés Cosi. « La préfecture leur a délivré une autorisation provisoire de séjour et ces personnes doivent désormais déposer une demande d’asile auprès de l’Ofpra », indique Jean-François Ploquin, directeur général de l’association qui a organisé l’arrivée des 50 migrants en quelques jours seulement.

« Comme son nom l’indique, le centre de transit a vocation à accueillir les demandeurs d’asile sur une période courte allant de quelques jours à quelques semaines. Les gens le quittent une fois qu’une place en Centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada) ou en centre d’hébergement d’urgence a été trouvée. La rotation y est très rapide, ce qui nous a permis d’organiser l’accueil de ces 50 personnes très rapidement », indique Jean-François Ploquin.

Une fois pris en charge à Villeurbanne, ces ex-occupants de la « jungle » du Pas-de-Calais seront accompagnés dans leurs démarches administratives. « Suite au traitement de leur demande d’asile, les migrants reconnus comme réfugiés seront orientés dans la région ou le pays. Les autres bénéficieront d’une aide au retour vers leur pays d’origine organisé avec les services de l’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration) », précise la préfecture du Rhône.