Lyon: L'hôpital Saint Joseph Saint Luc s'entraîne à faire face en cas d'attaque bioterroriste

SIMULATION Les personnels vont être mobilisés le 3 novembre sur un exercice plan blanc risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques…

Elisa Frisullo

— 

Lyon, le 6 juillet 2015. Illustration au sein d'un hôpital de Lyon. E.Frisullo / 20 Minutes.
Lyon, le 6 juillet 2015. Illustration au sein d'un hôpital de Lyon. E.Frisullo / 20 Minutes. — Elisa Frisullo / 20 Minutes

Si vous devez vous rendre le 3 novembre à l’hôpital Saint-Joseph Saint-Luc, ne prenez pas peur en voyant des personnels en combinaison de protection ou une foule de secours mobilisés et de multiples victimes acheminées. De 14 heures à 16 heures ce mardi, une partie des équipes de l’hôpital sera mobilisée sur un exercice «Plan blanc» déclenché après un attentat bioterroriste.

Cette simulation est destinée à évaluer la gestion des situations sanitaires exceptionnelles au sein du centre hospitalier, à savoir « la mise en œuvre de l’unité fixe de décontamination hospitalière et l’application du plan local épidémiologique », précise l’hôpital qui compte 350 lits d’hospitalisation et emploie 1.000 personnes.

Une fusillade à bord du tramway et la diffusion d’un aérosol suspect

Le scénario envisagé prévoit une fusillade et la diffusion d’un aérosol suspect au sein d’une rame de tramway, circulant sur les quais du Rhône, à proximité de l’hôpital. Immédiatement après l’attaque, une cellule de crise devra être déclenchée puis les personnels devront appliquer les mesures liées au plan blanc, à savoir l’organisation prévue dans chaque établissement hospitalier en cas d’événement de crise majeur.

Les procédures de décontamination des victimes seront ensuite engagées et une zone d’isolement des patients contaminés sera mise en place.