Lyon: Le préfet demande l'évacuation des identitaires

SOCIETE Ils sont sur le toit d’un futur centre d’accueil pour les Roms à Saint-Genis-les-Ollières…

Mikael Libert

— 

Les identitaires sur le toit de l'immeuble près de Lyon.
Les identitaires sur le toit de l'immeuble près de Lyon. — Twitter

L’occupation dure depuis ce samedi matin, 8h30. Une trentaine de membres de Génération Identitaires sont montés sur le toit d’un immeuble qui doit être prochainement transformé en centre d’accueil pour 160 Roms.

Ils avaient commencé par brûler deux voitures avant de déployer une grande banderole où l’on pouvait lire « Saint-Genis ne sera pas Calais ». Sur place, le maire de la commune avait précisé que le conseil municipal avait voté contre le projet d’implantation d’un village d’insertion dans sa ville, argumentant que ce même projet lui avait été imposé par le préfet.

Renforts attendus pour l'évacuation

Dans un communiqué, publié en début d’après midi, le préfet de la région Rhône-Alpes, Michel Delpuech, « condamne » cette intrusion « dans un bâtiment appartenant à l’Etat ». Il a, par ailleurs, « donné aux forces de l’ordre les consignes nécessaires pour qu’il soit mis fin dans les meilleurs délais à cette action illégale ». L’évacuation devrait commencer dès que les renforts de police arriveront sur place. Le communiqué précise aussi qu’une plainte sera déposée contre les organisateurs de cette occupation.

Michel Delpuech souligne que ce futur village d’insertion s’inscrit dans le projet « Insertion par l’emploi et l’école » et qu’il hébergera « des familles volontaires qui feront l’objet d’un suivi et d’un accompagnement approfondis, mettant fin à des conditions de vie en bidonville indignes de la République ».