Haute-Savoie: L’abattage des bouquetins du Bargy reste autorisé

JUSTICE Le tribunal administratif de Grenoble a refusé de suspendre ce mercredi l’arrêté préfectoral autorisant l’abattage des animaux, dont environ 40 % sont atteints par la brucellose…

J.L.

— 

Un bouquetins du massif du Bargy, en Haute-Savoie, en août dernier.
Un bouquetins du massif du Bargy, en Haute-Savoie, en août dernier. — ALEXANDRE GELEBART /SIPA

Nouvelle défaite pour les associations de défense de l’environnement ce mercredi. Dans une ordonnance rendue publique, le tribunal administratif de Grenoble a en effet refusé de suspendre l’arrêté préfectoral autorisant l’abattage des bouquetins du Bargy (Haute-Savoie).

Auteur d’un arrêté dans ce sens le 16 septembre, le préfet de Haute-Savoie est donc désormais en mesure de procéder à l’abattage de 200 à 300 bouquetins, soit quasiment l’intégralité des animaux du massif. Près de 70 bouquetins ont déjà été abattus dans le cadre de cet arrêté destiné à éliminer les malades de la brucellose.

Des alternatives pas encore sérieusement étudiées ?

Ceux-ci représentent environ 40 % de l’ensemble des bouquetins du Bargy, une espèce protégée. Les associations Frapna, LPO, One Voice et Aspas vont désormais lancer un pourvoi en cassation auprès du Conseil d’Etat, de manière à faire suspendre l’arrêté préfectoral.

« Légal ne veut pas dire opportun. Les tirs ne doivent pas reprendre », a annoncé dans un communiqué la Fondation Nicolas Hulot. Celle-ci demande à la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal de « prendre d’urgence une initiative de médiation pour remettre tout le monde autour de la table ». La fondation estime que « les alternatives à l’abattage massif n’ont pas encore été sérieusement étudiées ».