Émeutes à Moirans: «On ne peut pas justifier ces violences»

REPORTAGE Les riverains restent partagés entre compassion et incompréhension…

Caroline Girardon

— 

Les façades du restaurant situé a côté de la gare de Moirans (Isère) témoignent encore des émeutes.
Les façades du restaurant situé a côté de la gare de Moirans (Isère) témoignent encore des émeutes. — Caroline Girardon/20 Minutes

De notre envoyée spéciale à Moirans (Isère)

Entre compassion, incompréhension et colère. Au lendemain de la nuit d’émeutes à Moirans, petite commune de l’Isère, les riverains restaient dubitatifs, relativement surpris. Si les carcasses de voitures calcinées ont été enlevées, l’odeur de brûlé témoignait encore des tensions de la veille autour de la gare.

VIDEO. Moirans : Ce que l’on sait de l’émeute des gens du voyage

« Ce n’est pas commun ce qui est arrivé. D’habitude, la gare est un endroit très calme. Il n’y a jamais personne », explique Cyril, étudiant. « Je ne savais même pas qu’il y avait un campement de gens du voyage, juste derrière », poursuit le jeune homme.

« On connaît bien cette famille, témoigne Alexandre, l’un des résidants de Moirans. Cela fait 40 ans qu’ils sont installés ici, il n’y a jamais eu de problème avec eux. J’ai grandi, je suis allé à l’école avec les enfants. Ces gens n’ont jamais posé de souci. »

Suivez en direct l'évolution de la situation sur place

« Je pense qu’ils ont été débordés mardi soir. Des jeunes sont venus des communes voisines. Je pense qu’ils ont été les premiers surpris de ce qui s’est passé, poursuit-il. Mais la décision du juge, même si elle a sûrement été compliquée à prendre, est inhumaine. Cette maman demandait que son fils soit libéré juste une heure ou deux sous escorte pour qu’il puisse aller aux obsèques de son frère. C’est inhumain de lui avoir refusé. »

« La décision du juge est une erreur »

Un avis partagé par Yassine, résidant de Voiron, une localité située à moins de 10 kilomètres, croisé sur le quai de la gare. « La décision du juge est une erreur. Il n’aurait pas dû faire cela. Les détenus devraient avoir le droit d’aller aux funérailles de leurs proches », déclare-t-il. « Mais les réactions de violence qu’il y a eue derrière, on ne peut pas les justifier. Ce n’est pas normal ce qui s’est passé. »

Emeutes à Moirans : « Un tiers des demandes de sorties » sont acceptées par les juges d’application des peines

Marilyne, habitante d’une commune voisine, a fait les frais de ces débordements. Sa voiture a été incendiée la nuit dernière. « Je suis très remontée », lâche-t-elle sur le quai de la gare. « Je ne comprends pas cette montée de violence. Ils n’avaient pas à s’en prendre aux usagers, notamment ceux qui travaillent. »

« J’ai entendu la maman dire qu’ils n’avaient brûlé que des voitures provenant de la casse. C’est faux. La mienne, qui se trouvait sur un parking attenant, a été incendiée », poursuit-elle. « S’ils veulent faire partie des voyous, qu’ils assument mais qu’ils ne pénalisent pas les gens qui n’ont rien demandé, notamment les personnes modestes ».