VIDEO. Moirans: Ce que l'on sait de l'émeute des gens du voyage

VIOLENCES Plusieurs dizaines de personnes cagoulées ont incendié des voitures dans cette petite ville de l'Isère...  

J.S

— 

Les pompiers de Moirans éteignent les voitures incendiées par les émeutiers, le 20 octobre 2015
Les pompiers de Moirans éteignent les voitures incendiées par les émeutiers, le 20 octobre 2015 — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Une condamnation rapide et ferme. Manuel Valls n’a pas perdu de temps pour s’exprimer sur le saccage de la petite ville de Moirans par des dizaines de personnes qui ont affronté les gendarmes et commis de lourdes dégradations. 20 Minutes fait le point sur cette explosion de violence soudaine.

La raison de la colère 

Les émeutiers réclamaient la libération de deux personnes issues de la communauté des gens du voyage et incarcérées à la prison d'Aiton, pour qu’elles puissent assister à l’enterrement de l’un des leurs, mort dans la nuit de vendredi à samedi « lors de la sortie de route d’une voiture volée à Saint-Joseph-de-Rivière ». Le parquet concerné a fait savoir à l’AFP le juge n’entendait pas revenir sur sa décision.

Des gens du voyage avaient déjà bloqué fin août l’autoroute A1 dans le nord de la France pour réclamer que le fils d’une victime d’une fusillade puisse sortir de prison pour assister aux funérailles

Qui est derrière les violences ?

Une centaine de personnes issues des gens du voyage et sédentarisées à Moirans a pris part aux violences qui ont émaillé la fin de journée. La plupart d’entre elles avaient le visage dissimulé et étaient armées de barres de fer.

Cent kilomètres plus loin, dans la prison d’Aiton des détenus ont pris part à une mutinerie pour faire libérer un compagnon de cellule pour le même motif. Les incidents ont débuté vers 17H00. Une vingtaine de détenus (sur les 189 à 190 de l’établissement) ont mis le feu à leur coursive et détruit les serrures de leurs cellules.

Quels dégâts ?

Les émeutiers ont créé de gros dégâts dans cette commune de moins de 8.000 habitants. Autour, « de la gare de la ville il y a eu de lourds saccages, notamment le restaurant attenant à la gare. Sur les voies SNCF, ils ont fait brûler des voitures » a indiqué à l’AFP Franck Longo, directeur de cabinet du maire. A la SNCF, on confirme la présence d’un véhicule en feu sur les voies, qui a interdit tout trafic. Une casse a aussi été pillée.

La RD1085 à Moirans a aussi été bloquée par une trentaine de personnes qui ont brûlé des palettes et des carcasses de voitures sur la chaussée.

Où en est la situation ?

Plus de 120 gendarmes mobiles et de nombreux effectifs de la BAC ont été dépêchés sur place. A 20h, la préfecture de police annonçait que la situation était «sous contrôle», qu'il n'y avait «pas de blessés». «Les incendies ont été éteints par les sapeurs pompiers, la circulation sur la RD 1085 est en cours de rétablissement et la SNCF prend en charge l’évacuation des 218 passagers qui se trouvent dans les deux rames de trains à proximité de la gare de Moirans » a ajouté le préfet. Cinq carcasses de voitures fumantes étaient encore visibles dans la soirée sur les voies ferrées devant la gare.

A la prison d’Aiton, une équipe régionale d’intervention et de sécurité (Eris), venue de Lyon et spécialisé dans le rétablissement de l’ordre a été dépêchée sur place, avec à la clef une rapide baisse de tension sur place.

Aucune interpellation n’a encore eu lieu à Moirans