Rhône: Un hôpital et deux sages femmes renvoyés en correctionnel après la mort d'un nourrisson

JUSTICE Ils seront jugés à Lyon pour «homicide involontaire» après le drame survenu en juillet 2008...

E.F.

— 

Le nouveau palais de justice de Lyon, le 14 juin 2011. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES
Le nouveau palais de justice de Lyon, le 14 juin 2011. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Les faits remontent au 11 juillet 2008. Ce jour-là, après des complications pendant l’accouchement et une césarienne, Maelle naissait en état de mort apparente et décédait trois jours plus tard. Sept ans après ce drame, le juge d’instruction chargé de l’affaire a décidé de renvoyer le centre hospitalier de Givors et les deux sages-femmes intervenues lors de l’accouchement devant le tribunal correctionnel de Lyon pour « homicide involontaire ». L’obstétricien, mis en examen au cours de l’instruction, a en revanche obtenu un non-lieu, indique ce jeudi Le Progrès.

Des retards, de mauvaises décisions?

Dans son ordonnance de renvoi, le juge a estimé que l’hôpital de Mongelas a commis une faute dans l’organisation de ses services, qui aurait conduit au décès du nourrisson. Les experts, qui ont été chargés d’analyser la manière dont a été géré l’accouchement ce 11 juillet, ont fait part d'erreurs d’interprétation, de retards, de mauvaises décisions, qui «pourraient constituer une responsabilité, aggravée par l’absence de toute procédure mise en place par l’hôpital », ajoute le quotidien régional.

Des conclusions contestées par les personnels mis en caus et l’hôpital. Tout l’enjeu du procès, qui devrait se tenir prochainement à Lyon, sera donc de déterminer si, lors de la venue au monde de Maelle, les sages-femmes et l’hôpital ont failli à leur mission.