Ces nouveaux bus qui doivent révolutionner les transports en commun

TRANSPORTS Ils ont été présentés lors des rencontres nationales du transport public qui se déroulent à Lyon...

Caroline Girardon

— 

Bus électrique fonctionnant avec le system Watt.
Bus électrique fonctionnant avec le system Watt. — PVI

Fini le diesel. La mode est désormais à l’électrique. En tout cas, c’est la tendance qui s’est dégagée dans les allées des rencontres nationales du transport public, qui se déroulent actuellement à Lyon, où de nombreuses sociétés sont venues présenter leur dernier modèle de bus.

Précurseur dans le domaine, la société PVI a mis au point le System Watt, il y a un an. Un bus électrique de douze mètres est actuellement en exploitation depuis le mois de février à l’aéroport de Nice. La particularité de ce modèle ? Il peut circuler en autonomie illimitée puisqu’il peut se recharger continuellement, tout en roulant.

Rouler sans puiser dans la batterie

« Des totems, pas plus gros que des panneaux publicitaires, sont installés le long du parcours, à côté des arrêts. Elles contiennent déjà de l’énergie. Doté d’un bras, le bus se connecte aux bornes et se recharge instantanément. L’opération dure entre dix et vingt secondes », explique Alexandre Lombart, responsable commercial.

« Le véhicule peut ainsi rouler toute la journée sans puiser dans sa batterie », poursuit-il, insistant sur le coût d’exploitation du système. « Il permet d’économiser 30.000 litres de diesel par an. Le coût d’exploitation d’un bus revient entre 75 et 100 euros par jour. Là, ça revient à 25 euros par jour. »

Une batterie sur le toit du bus

Le groupe Bolloré mise, lui, sur une nouvelle de son Bluebus pour séduire les collectivités. Un bus 100 % électrique dont la batterie se situe sur le toit du véhicule. « Habituellement, elle est placée à l’arrière. Ce qui enlève de la place pour les passagers », précise Yves Labesse, chargé de mission. « Un modèle idéal » selon l’entreprise pour les navettes de centre-ville puisque l’engin « ne fait pas de bruit et ne pollue pas ».

Le groupe, qui a déjà déployé une partie de sa flotte sur Reims, Mulhouse, Amiens, Pau mais aussi la Martinique, planche actuellement sur un modèle de plus grande ampleur (12 mètres) d’une autonomie de 180 kilomètres et pouvant transporter 90 personnes. Il doit être présenté dans quelques semaines lors de la Cop21, conférence des nations unies sur les changements climatiques, prévue du 30 novembre au 11 décembre à Paris.