Régionales: Bataille de chiffres entre Wauquiez et Queyranne sur la sécurité dans les TER

ÉLECTIONS Ce jeudi matin, le président PS sortant de Rhône-Alpes a répondu au candidat Les Républicains qui réclame une police du rail…

Elisa Frisullo

— 

Lyon, le 19 novembre 2014. La première rame TER Regio2N vient d'être livrée en Rhône-Alpes. D'ici à mi-2016, 40 rames de ce type, conçues par Bombardier Transport, doivent être déployées sur le réseau ferroviaire Rhônalpin sur les lignes les plus fréquentées.
Lyon, le 19 novembre 2014. La première rame TER Regio2N vient d'être livrée en Rhône-Alpes. D'ici à mi-2016, 40 rames de ce type, conçues par Bombardier Transport, doivent être déployées sur le réseau ferroviaire Rhônalpin sur les lignes les plus fréquentées. — Elisa Riberry / 20 Minutes

A deux mois des élections régionales, la campagne en Rhône-Alpes, un peu morne et plate jusqu’alors, commence à s’animer entre Jean-Jack Queyranne et Laurent Wauquiez. Ce jeudi matin, le président PS sortant de Rhône-Alpes, candidat à sa propose succession, a profité d’un point presse sur les TER pour répondre aux chiffres de la sécurité dans les trains, divulgués mercredi soir par le candidat Les Républicains.

Mercredi, le chef de file de la droite et du centre aux régionales s’était appuyé sur une forte hausse des faits de délinquance observés dans les trains régionaux ces dernières années pour réclamer au Premier ministre Manuel Valls, une police du rail.

L’action de Queyranne critiquée

« Les agressions et outrages aux agents de la SNCF ont plus que triplé en sept ans et il y a eu en 2013 plus de 7.600 actes de délinquance dans les trains », avait assuré Laurent Wauquiez dans une lettre adressée au Premier ministre, attendu à Lyon ce jeudi après-midi à l’occasion des rencontres de la Mobilité. « C’est pour lutter contre cette délinquance croissante que je vous demande de créer une police des transports pour le réseau, sur le modèle de la sous-direction régionale de la police des transports d’Ile-de-France ».

Laurent Wauquiez avait alors taclé le bilan du candidat socialiste, l’accusant « de minimiser gravement l’insécurité dans les TER et d’immobilisme » et estimant qu’il n’avait rien fait sur cette thématique depuis cinq ans.

Du « populisme » selon le candidat PS

Une attaque qui n’a pas manqué de faire réagir Jean-Jack Queyranne qui, ce jeudi matin, a dénoncé les « mensonges » de Laurent Wauquiez. « On voit du populisme débarquer par TGV dans cette campagne (…) Les chiffres qui ont été donnés amalgament des données différentes », a assuré le président de Rhône-Alpes. Selon les chiffres obtenus par la région auprès de la préfecture du Rhône, en 2013, 853 infractions ont été constatées sur le réseau TER rhônalpin. Dont 450 faits contre des personnes (insultes, rebellions…).

« Il faut rétablir la vérité. Les 7.600 faits évoqués (par Laurent Wauquiez) concernent toutes les infractions relevées sur tous les réseaux de transports de la zone de Défense Sud-Est », a précisé Jean-Jack Queyranne, ne jugeant pas utile la création d’une police ferroviaire. Il existe déjà, rappelle le président PS, la police ferroviaire de la SNCF, la SUGE, dotée de 200 agents armés en Rhône-Alpes, et à laquelle les forces de l’ordre apportent régulièrement leurs concours en cas de besoin.