OL: «On n'arrive pas à tuer les matchs», regrette Samuel Umtiti

FOOTBALL Avant d’accueillir Bastia ce mercredi (19 h), le défenseur lyonnais revient sur les deux nuls consécutifs concédés malgré une supériorité numérique…

Jérémy Laugier

— 

Comme à Marseille dimanche, Samuel Umtiti sera associé à Milan Bisevac ce mercredi face à Bastia. FRANCK PENNANT
Comme à Marseille dimanche, Samuel Umtiti sera associé à Milan Bisevac ce mercredi face à Bastia. FRANCK PENNANT — AFP

A quatre jours d’intervalle, l’OL a donc subi à deux reprises un scénario plutôt étrange, à savoir être rejoint au score malgré une supériorité numérique. « Le match à Marseille (1-1, dimanche) était tout à fait différent de celui de La Gantoise (1-1 le 16 septembre) même si la finalité est la même. A Marseille, j’ai quand même ressenti la supériorité numérique et on maîtrisait parfaitement la rencontre », a estimé mardi Hubert Fournier, qui devra se passer d’Henri Bedimo et de Mathieu Valbuena, blessés, pour la réception de Bastia ce mercredi (19 h).

Si cela ne sautait pas aux yeux, l’entraîneur lyonnais a assuré qu’il souhaitait voir son équipe attaquer pour inscrire un deuxième but dimanche, après les vingt minutes d’interruption en deuxième mi-temps au Vélodrome. « Les équipes en infériorité numérique se resserrent un peu et sont galvanisées par ce qu’elles considèrent être une injustice, analyse l’ancien coach rémois. On a eu des occasions pour tuer ces deux matchs et sans vouloir faire du positivisme à tout prix, il y a eu des choses intéressantes à Marseille. »

Samuel Umtiti : « On a peut-être un peu manqué d’intelligence »

Parfois en difficulté lors de ces deux décevants nuls, Samuel Umtiti s’est montré un peu plus critique que son entraîneur en conférence de presse : « Je trouve que le groupe vit de mieux en mieux. Mais il nous a manqué de la discipline en deuxième période, et à certains moments du match, on a peut-être un peu manqué d’intelligence ».

Le jeune défenseur lyonnais, qui sera encore associé à Milan Bisevac à Gerland en raison du nouveau forfait de Mapou Yanga-Mbiwa, a pointé du doigt le problème majeur de l’OL lors de ses deux précédentes rencontres : « On n’arrive pas à tuer les matchs. Il nous manque un petit truc ». En affrontant mercredi des Corses ayant déjà récolté trois expulsions en six journées, les Lyonnais pourraient fort bien avoir à montrer qu’ils savent aussi maîtriser un match à 11 contre 10.