L'ambroisie sera traquée par satellite

©2007 20 minutes

— 

La chasse à l'ambroisie est officiellement ouverte. Les brigades vertes du département du Rhône viennent d'attaquer leur campagne annuelle de destruction de cette plante dont les pollens provoquent, en août et en septembre, des allergies carabinées pour 10 % de la population. Et depuis le 25 juin, le conseil général a remis en service sa permanence téléphonique pour informer sur ce végétal velu, reconnaissable à ses feuilles dentelées. Ce numéro vert permet aussi de signaler les lieux où il prolifère, généralement au bord des routes et sur les terrains en friche, au sud et à l'est de l'agglomération.

Dans quelques années, la localisation de l'ambroisie devrait être facilitée grâce aux satellites. Le conseil général et l'Association française d'étude des ambroisies, basée à Saint-Priest, vont continuer cet été leur inventaire des terrains infestés à Saint-Symphorien-d'Ozon et Vaugneray. « Ces relevés doivent permettre, à terme, de paramétrer les satellites pour repérer la présence de la plante », indique Yohan Mourgaud, coordinateur de l'opération ambroisie au conseil général.

Pour endiguer ce fléau, dont le coût pour l'Assurance-maladie est estimé à 1,6 million d'euros dans le Rhône, le département va aussi... planter du gazon sur le bord des routes. « L'ambroisie germe facilement, mais ne supporte pas la concurrence des autres plantes », explique Jean-Luc Da Passano, vice-président du conseil général chargé de la voirie, pour qui la progression de l'envahisseur régresse désormais dans le Rhône.