Les circonstances de la noyade de Mohammed Elmi-Abdi restent troubles

©2007 20 minutes

— 

Une semaine après le décès de son fils, Abdullah Elmi-Abdi se pose toujours autant de questions. Le 19 juin, au petit matin, Mohammed, 23 ans, s'est noyé dans la Saône après avoir sauté du pont de la Feuillée (5e) alors qu'une patrouille de police du 1er arrondissement s'apprêtait à le contrôler.

Sur le trottoir, ce Français d'origine somalienne aurait eu le temps de laisser son blouson, sa chemise et ses chaussures avant de se jeter à l'eau. « Nous ne suspectons pas la police, nous voulons juste savoir pourquoi personne n'a retenu Mohammed », a expliqué Abdi Mohammed, un ami du père. Soutenu par le Mrap, Abdullah a porté plainte vendredi pour non-assistance à personne en danger, le jour où le corps de son fils a été repêché. Mais aucune information judiciaire n'a été ouverte, ce qui empêche l'avocat de la famille, Alain Couderc, d'avoir accès au dossier. Selon les informations dont il dispose, une personne aurait discuté avec Mohammed sur le pont et appelé la police en voyant qu'il n'allait pas bien. Les obsèques du jeune homme, qui suivait une formation de cuisinier, auront lieu demain au carré musulman de Rilleux-la-Pape.