Lyon : Six œuvres à voir pendant la biennale d'art contemporain

CULTURE La treizième édition s’ouvre ce jeudi sur le thème «La vie moderne». A découvrir jusqu’au 3 janvier…

Caroline Girardon

— 

Lyon, le 9 septembre 2015
La 13e édition de la biennale d'art contemporain de Lyon, dont le thème est La vie Moderne, s'ouvre le 10 septembre. Elle se tiendra jusqu'au 3 janvier 2016. Lancer le diaporama
Lyon, le 9 septembre 2015 La 13e édition de la biennale d'art contemporain de Lyon, dont le thème est La vie Moderne, s'ouvre le 10 septembre. Elle se tiendra jusqu'au 3 janvier 2016. —

Des photos de vaches sacrées posant comme des rois, du marbre sculpté en trompe-l’œil épousant la forme d’une cabane en carton, un distributeur de billet qui « parle de la tristesse du monde »… 60 artistes livrent ainsi leur version de la modernité ; thème de la treizième édition de la biennale d’art contemporain de Lyon qui s’ouvre ce jeudi. Les visiteurs peuvent s’y rendre jusqu’au 3 janvier. En attendant, 20 Minutes vous présente quelques œuvres incontournables…

1. La vision en 3D de Cyprien Gaillard

« Je ne sais pas toi mais j’ai A-DO-RE Cyprien Gaillard !!!!» Voilà l’une des phrases l’une des plus entendues lors des journées professionnelles organisées en amont de la biennale. Exposé au MAC, musée d’art contemporain, le jeune prodige a conçu un film immersif en 3D. Une petite merveille. On y observe par exemple un feu d’artifice, vu du ciel. On y découvre aussi une statue filmée d’abord dans le moindre détail avant que la caméra ne s’éloigne et ne la montre dans son ensemble. Le tout sur une musique totalement hypnotique. On est happé.

2. Un Manhattanhenge à 360°
 

Imaginez Manhattan au coucher de soleil lorsque l’astre s’aligne avec les principales rues orientées Est-Ouest et que la ville est baignée d’une douce lumière. Cela se produit en général deux fois par an. TJ Wilcox a réalisé un travail colossal pour projeter le phénomène à 360° dans l’une des salles du MAC. Dix-sept heures de tournage, un jour au mois d’août (de 4h30 à 21h30) et 330.000 images ont été nécessaires pour l’œuvre.

 

3. Une batterie qui joue sans batteur

Dès que vous entrerez à la Sucrière, vous entendrez des rythmes de batterie. Sauf que personne ne joue de l’instrument. Les sons proviennent d’une pluie de… noyaux de cerise qui s’abat sur les peaux tendues. Le tout déclenché par « l’aura électromagnétique » des téléphones portables des visiteurs. Alors n’hésitez pas à passer quelques coups de fil dans la salle si vous voulez voir s’animer l’œuvre de Céleste Boursier-Mougenot.

4. Prédateur chez Kim Dotcom

 

 

Un jet-ski, des pneus, des voitures de luxe et même une statue de Prédateur grandeur nature. Le Néo-Zélandais Simon Denny a réalisé à la Sucrière une installation gigantesque, à partir d’une infime partie des effets personnels de Kim Dotcom, le fondateur de Megaupload, accusé d’avoir fait fortune grâce au piratage. En 2012, après son interpellation, les enquêteurs avaient saisi chez lui une liste de 110 biens (voitures, objets d’art etc.) estimée à plus 175 millions de dollars.

5. Un jardin de nuit aux senteurs de jasmin

Une lumière bleue plongeant les visiteurs dans une semi-obscurité et une pièce diffusant des odeurs entêtantes de jasmin. Hicham Barrada a créé un jardin nuit où poussent des Mesk-ellil (jasmins de nuit). La nature s’offre ainsi dans la pénombre et dégage en secret ses parfums subtils. A faire au moins pour la pause olfactive. (Sucrière)

6. Des herbes dans vos baskets

 

 

Si vous allez à la Sucrière, ayez la curiosité de vous rendre sur les petits balcons au dernier étage. Là, vous y découvrirez un jardin extraordinaire où les pots de fleurs ont été remplacés par des paires de baskets ou des vieux ordinateurs. Un potager que Michel Blazy a visiblement pris plaisir à faire pousser.