VIDEO. ASSE: Pourquoi Robert Beric est déjà très attendu à Saint-Etienne

FOOTBALL Le renfort slovène aura à cœur de démontrer, dès le déplacement à Montpellier samedi, qu’il peut être l’attaquant faisant défaut aux Verts depuis le début de la saison…

Jérémy Laugier
— 
Le combatif Robert Beric a notamment marqué les esprits cet été en inscrivant deux buts lors du tour préliminaire de Ligue des champions face à l'Ajax Amsterdam.
Le combatif Robert Beric a notamment marqué les esprits cet été en inscrivant deux buts lors du tour préliminaire de Ligue des champions face à l'Ajax Amsterdam. — Ronald Zak/AP/SIPA

Mine de rien, Robert Beric débarque dans le Forez avec un statut de troisième joueur le plus cher de l’histoire de l’ASSE, au vu des 4,5 millions d’euros investis. Si les deux attaquants qui le précédent dans ce classement, Gonzalo Bergessio et Ilan, n’ont pas laissé une trace impérissable sous le maillot vert, le buteur slovène a un profil de révélation en puissance.

À 24 ans, Robert Beric a notamment conclu la saison précédente au 12e rang du Soulier d’or européen, grâce à ses 27 buts en 33 rencontres avec le Rapid Vienne (Autriche). Soit 10 de plus que le total cumulé dans le même temps des six autres attaquants stéphanois de l’effectif actuel.



Christophe Galtier : « C’est surtout un homme de surface »

Même si la Bundesliga autrichienne ne fait pas figure de référence en Europe, ce puissant international slovène (1,88 m) devrait rendre des services à un secteur souffrant notamment des maladresses de Nolan Roux depuis quatre journées. « Je suis un battant sur le terrain et je donnerai 100 % voire même plus à chaque match ici. J’aurai juste besoin d’un petit temps d’adaptation », a prévenu Robert Beric en signant son contrat pour quatre saisons le 31 août.

« Il est bon dans le jeu de remise mais c’est surtout un homme de surface. Il a démontré une très grosse envie de nous rejoindre et il va nous faire du bien », apprécie Christophe Galtier. À son retour de sélection, il devrait être bien accueilli par le public de L’Étrat jeudi, ne serait-ce que pour ses trois ans passés à Maribor, club slovène ayant privé le voisin lyonnais de Ligue des champions en 1999.