Lyon: Nao, un robot humanoïde capable de nous rafraîchir la mémoire

RECHERCHE Des chercheurs Lyonnais ont développé sa mémoire pour permettre la coopération entre les hommes et les robots...

Elisa Frisullo
— 
Le robot humanoïde lors de son apprentissage en temps réel.
Le robot humanoïde lors de son apprentissage en temps réel. — Inserm

Un robot à la mémoire d’éléphant, capable de remémorer des souvenirs aux seniors ou d’aider des astronautes… Neuf ans après la naissance de Nao, un robot humanoïde capable de parler, répondre ou même danser, des chercheurs lyonnais viennent de passer un nouveau cap important dans le développement de l’androïde. Ces travaux de plus de quatre ans ont été dévoilés la semaine passée au Symposium international IEEE sur les robots et la communication interactive humaine à Kobe, au Japon.

Il intègre, mémorise et raconte

Cette équipe composée de chercheurs de l’Inserm, du CNRS et de l’Université de Lyon a en effet réussi à doter le robot d’une mémoire autobiographique. En clair, de souvenirs liés pour l’homme, aux événements personnels ou aux apprentissages marquants. « Cette mémoire permet de dater nos souvenirs, de les localiser et de savoir qui était avec nous à ce moment-là », précise l’équipe de chercheurs. Cette avancée technologique va ainsi permettre au robot de transmettre à l’homme des connaissances ou des techniques qu’il aura  acquises, comme pourrait le faire un enseignant. Les chercheurs ont travaillé sur un scénario précis, qui prévoit l’utilisation du robot lors d’opérations au sein de la station spatiale internationale.

« Le robot, toujours à bord, serait le seul lien entre les équipes de la station, renouvelées tous les six mois », indique Peter Ford Dominey, directeur de recherches au CNRS, qui pour tester Nao, a imaginé une panne technique. Au sein de la station, une carte électronique est endommagée. Le scientifique qui répare se sert de Nao comme d’un assistant, lui donnant des consignes pour tenir des pièces, lui expliquant comment réparer la carte. Si bien que, lorsque « plus tard, la panne se reproduira, le robot sera capable d’aider la nouvelle équipe en faisant appelle à sa mémoire et aux souvenirs qu’il aura enregistrés », ajoute le chercheur.

 

Un aide-mémoire précieux

Grâce à sa mémoire, Nao pourrait également être utilisé dans le domaine de la formation pour enseigner ou dans le domaine de la santé pour aider les personnes âgées présentant des troubles de la mémoire. « Il pourrait servir d’aide-mémoire pour ceux qui ont, par exemple, du mal à se souvenir de la personne qui est venue leur rendre visite. Cela permettrait aux personnes âgées de garder le lien avec leur entourage », ajoute le directeur de recherches.

Le robot pourrait alors, grâce aux données enregistrées lors d’une précédente rencontre, rafraîchir la mémoire du senior en lui rappelant qui est ce visiteur et ce qu'il s’était passé lors de sa précédente visite.

Pour développer encore davantage les capacités du droïde, les chercheurs souhaitent désormais tester le robot dans les conditions réelles des opérations spatiales, lors de vols paraboliques notamment.