OL: À Valenciennes, Lucas Tousart était considéré comme «un petit Didier Deschamps»

FOOTBALL Pour « 20 Minutes », l’entraîneur du VAFC David Le Frapper décrypte « le potentiel exceptionnel » du milieu défensif de 18 ans, recruté lundi par l’OL…

Propos recueillis par Jérémy Laugier

— 

Jean-Michel Aulas a convaincu, «au départ par textos», Lucas Tousart de s'engager avec l'OL pour cinq saisons. AFP PHOTO / ROMAIN LAFABREGUE
Jean-Michel Aulas a convaincu, «au départ par textos», Lucas Tousart de s'engager avec l'OL pour cinq saisons. AFP PHOTO / ROMAIN LAFABREGUE — AFP

Avant d’entraîner Valenciennes, David Le Frapper était milieu défensif tout comme Lucas Tousart. Celui-ci ne cherche pas à masquer son admiration pour l’Aveyronnais de 18 ans, qui s’est engagé lundi pour cinq saisons avec l’OL. Après l’avoir dirigé en U19 et en L2 (18 titularisations), David Le Frapper se confie à 20 Minutes.

Pourquoi le transfert de Lucas Tousart vers l’OL (pour 2,5 millions d’euros plus 0,5 million d’euros de bonus) a-t-il été si long à se concrétiser ?

Sportivement, je ne voulais pas me séparer du petit. J’étais vraiment opposé à son départ car c’était un élément essentiel de notre collectif et un pur produit du club. Puis j’ai pris du recul. Avec le regard du formateur, je me suis dit qu’il allait être entre de bonnes mains dans ce club extraordinaire. Peut-être qu’on ne l’aurait pas laissé partir dans un autre club de L1. Mais il méritait d’aller à Lyon, qui fait jouer ses jeunes tout comme nous.

Comment s’est passée son évolution à VA, depuis son arrivée à 16 ans ?

En fait, il était prévu qu’il fasse plutôt partie des joueurs accompagnant nos meilleurs jeunes. Mais c’est un bosseur et avec sa très grande écoute, il a toujours été au-dessus de la moyenne, en 19 ans, en CFA2 puis en L2. Lucas est très attachant, c’est le gendre idéal.

Quel est son meilleur registre sur le terrain ?

C’est un numéro 6 aimant le duel et se mettant au service du collectif. Il a encore besoin de travailler ses enchaînements de jeu mais ce joueur-là n’existe pas dans le championnat de France. Il sait jouer au ballon mais ce n’est pas un numéro 10. Il sait quel costume il doit mettre. C’est un petit Didier Deschamps.

Son physique (1,85 m et 83 kg) le rapproche pourtant plutôt de son nouveau partenaire Maxime Gonalons

Oui, il est plus grand que Didier Deschamps mais ça reste mon petit Lucas Tousart (sourire). Je sais d’ailleurs qu’il ira piocher des trucs dans le jeu de Gonalons.

Pensez-vous qu’il pourra vite franchir la marche de la Ligue 1, malgré ses 18 ans ?

Oui, ce gamin est prêt à affronter la Ligue 1. Mentalement, c’est un guerrier. Pour moi, il a un potentiel exceptionnel. C’est une vraie bombe, un avion de chasse.

Il s’est engagé à Lyon blessé. Avez-vous noté chez lui une certaine fragilité ?

Pas du tout, en trois ans chez nous, je ne sais même pas s’il a loupé dix entraînements. Là, il a une petite fracture de fatigue. J’espère qu’il pourra vite rejouer. D’autant que Lucas est un diesel : il a besoin d’enchaîner les matchs et il aime courir pendant deux heures.

Si ce n’est pas le cas, pourriez-vous envisager de le récupérer en prêt lors du mercato hivernal ?

Si je me rends compte qu’il n’a pas de temps de jeu lors de ses premiers mois à Lyon, il sera toujours le bienvenu chez nous. Enfin, à condition qu’on ait encore des besoins à son poste.