Attentat en Isère : Prison avec sursis pour le policier qui avait pris la photo de la victime

JUSTICE L'homme a écopé d'une peine de trois mois avec sursis. La photo avait ensuite été postée sur les réseaux sociaux...

C.G. avec AFP

— 

Un drapeau et des fleurs déposés le 28 juin 2015 à l'endroit où a été placée la tête de l'homme décapité à Saint-Quentin-Fallavier
Un drapeau et des fleurs déposés le 28 juin 2015 à l'endroit où a été placée la tête de l'homme décapité à Saint-Quentin-Fallavier — PHILIPPE DESMAZES AFP

Pour lui, c’était une «bêtise». Il l’a reconnu bien volontiers, regrettant son geste. Le policier qui avait pris la photo d’Hervé Cornara, décapité et tué lors de l’attentat de Saint-Quentin-Fallavier en Isère, vient d’écoper d’une peine de trois mois de prison avec sursis.

Un policier impliqué dans la diffusion d’une photo de la victime décapitée en Isère

Cet ancien officier-stagiaire, âgé d’une quarantaine d’années, a été condamné à l’issue d’une procédure de plaider-coupable, proposée par le procureur de la République de Vienne. L’homme, poursuivi pour violation du secret professionnel, devra également verser 2.000 euros d’amende à l’épouse et au fils de la victime.

Emotion aux obsèques d’Hervé Cornara : « Plus jamais ça », implore sa veuve

La photo avait ensuite été postée le lendemain du drame sur le web et les réseaux sociaux. Le parquet de Vienne avait aussitôt ouvert une enquête pour apologie de terrorisme, atteinte au respect dû aux morts et violation du secret professionnel. Les enquêteurs avaient alors découvert que cette photo avait été prise le 26 juin en début d’après-midi, sur la scène du crime gelée pour les besoins de l’enquête.

Le policier s’est spontanément dénoncé expliquant qu’il avait pris ce cliché et qu’il l’avait ensuite montré puis partagé avec des camarades de promotion, sans pour autant le poster lui-même sur Internet.

Attentat en Isère : Salhi dit avoir voulu se venger d’une « humiliation » subie

La tête d’Hervé Cornara, 54 ans, patron d’une société de transport avait été découverte le 26 juin au matin, plantée sur les grillages d’une usine de gaz de Saint-Quentin-Fallavier. Il a été assassiné par Yassin Salhi, l’un de ses employés, qui a tenté également de faire exploser les bâtiments.