Auvergne-Rhône-Alpes: Laurent Wauquiez lance sa campagne pour les régionales

POLITIQUE La tête de liste de la droite a indiqué ce dimanche en Haute-Loire vouloir être au plus près du terrain...

20 Minutes avec AFP

— 

Laurent Wauquiez, secrétaire général de l'UMP, le 7 mars 2015 à Paris.
Laurent Wauquiez, secrétaire général de l'UMP, le 7 mars 2015 à Paris. — Gilles Bassignac/JDD/SIPA

Il a joué la carte de la proximité et de l'union. Le secrétaire général des Républicains, Laurent Wauquiez a lancé ce dimanche,  au pied du mont Mézenc (Haute-Loire), sa campagne pour les élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes qu'il veut au plus près du terrain et loin «des discours sous les plafonds dorés parisiens».

«Je n'ai pas l'intention de faire défiler l'intégralité de la classe politique parisienne, même si certains viendront», a déclaré Laurent Wauquiez qui s'exprimait devant la presse en marge d'un déjeuner auquel participaient 1 200 personnes dans un chapiteau installé au pied du mont Mézenc.

«Changer la France depuis la base»

Entouré de Franck Reynier et Patrick Mignola, chefs de file respectifs de l'UDI et du Modem que M. Wauquiez a réussi à rallier à sa candidature à la présidence de la future région Auvergne-Rhône-Alpes, l'élu de Haute-Loire a affirmé son ancrage territorial loin «des discours sous les plafonds dorés parisiens» qui expliquent, selon lui, une large part du divorce entre les Français et la politique.

«On est tous des élus de terrain. Le pari que l'on fait tous c'est de changer la France depuis le bas», a-t-il déclaré. «La gauche se déchire, le FN se déchire, nous on est unis», a-t-il par ailleurs assuré soulignant qu'Auvergne-Rhône-Alpes était la première région où une alliance électorale Modem-UDI-LR avait vu le jour en dépit de la défiance initiale de Franck Reynier et Patrick Mignola face à la candidature de Laurent Wauquiez.

«Pas ministre» en 2017

Comme il l'avait déjà dit dans la presse locale et nationale samedi, M. Wauquiez a réaffirmé son intention de ne pas être ministre en 2017 s'il était élu président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. «Je ne serai pas ministre en 2017», a-t-il déclaré. Interrogé sur la validité d'une telle promesse si le poste de Premier ministre lui était proposé en cas de victoire de la droite lors de l'élection présidentielle de 2017, M. Wauquiez a réagi: «Je ne peux pas être plus clair que ce que j'ai dit».

Quelques figures nationales mais à ancrage régionale comme le député européen Brice Hortefeux ou le député de Haute-Savoie, Bernard Accoyer étaient présents à ce rassemblement comme d'autres élus symboles du renouveau à droite en Rhône-Alpes, à l'instar de Nicolas Darangon, maire de Valence ou Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne.