Crise des éleveurs: Le blocage de Lyon touche à sa fin

MOBILISATION Environ 150 tracteurs ont notamment bloqué l'accès nord de Lyon dès jeudi matin. Les éleveurs se rendent tous dans le quartier de Confluence... ...

J.Lau. avec AFP
— 
Un barrage conséquent des éleveurs en colère se trouvait notamment sur l'A6, à Limonest, à l'entrée de Lyon. Pascal Fayolle
Un barrage conséquent des éleveurs en colère se trouvait notamment sur l'A6, à Limonest, à l'entrée de Lyon. Pascal Fayolle — SIPA

Au lendemain d’un plan d’urgence insuffisant pour les éleveurs, qui réclament des garanties sur les prix, actions coup de poing et blocages routiers ont continué ce jeudi dans le pays. Et notamment aux portes de Lyon, qui avait des allures de citadelle inaccessible durant une grande partie de la journée.

Une levée des barrages s’est amorcée vers 15h puisque les tracteurs ont commencé à prendre la direction du centre-ville pour un meeting à Confluence en présence du président de la FNSEA Xavier Beulin et du secrétaire général des Jeunes Agriculteurs Florent Dornier vers 17h30.

 

800 éleveurs et 400 tracteurs annoncés

Les entrées nord, sud et est ont été bloquées durant de longues heures sur les autoroutes A6, A7, A42 et A47 par 800 éleveurs et 400 tracteurs, selon les représentants locaux de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs (JA), provoquant de nombreux bouchons. Des milliers de personnes ont donc été stoppées aux abords de l’agglomération lyonnaise et beaucoup d’entre elles ont dû renoncer à se rendre au travail. Il est donc toujours conseillé d’éviter l’A7, qui passe par le quartier de Confluence où se sont rendus les agriculteurs.

Suivez en direct la crise des éleveurs par ici.

« Plus que des millions d’euros de plan de sauvetage, ce qu’ils veulent, c’est des prix », ont martelé les syndicats. En l’occurrence, six centimes de plus sur le litre de lait et 60 centimes sur le kilo de carcasse de viande bovine. Les éleveurs et agriculteurs manifestent en raison des prix de la viande, inférieurs selon eux aux coûts de production. Ils réclament une meilleure rémunération des grandes surfaces et industriels du secteur, et plus d’équité dans le partage de la filière viande.