Lyon: L'appel d'offres pour la privatisation de l'aéroport sera lancé à l'automne

TRANSPORTS La conclusion à cet appel d'offres sera révélé en début d'année prochaine...

J.L. avec AFP

— 

L'aéroport de Lyon transporte 8,5 millions de passagers par an.
L'aéroport de Lyon transporte 8,5 millions de passagers par an. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

L’aéroport de Lyon Saint-Exupéry sera bientôt fixé sur son avenir. L’appel d’offres pour sa privatisation sera en effet lancé en octobre, au plus tard en novembre, pour une conclusion courant 2016, a-t-on appris lundi de sources concordantes. Le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, réunissait lundi les actionnaires minoritaires de l’aéroport, avant de lancer le chantier de privatisation, l’État souhaitant céder ses parts.

Il possède 60 % du capital du 3e aéroport de France, derrière la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Lyon (25 %) et les collectivités locales (15 %). Le monde économique local est très attentif à cette privatisation dont il attend qu’elle s’accompagne d’un développement international conséquent alors que l’aéroport de la deuxième région économique de France ne se place qu’au 47e rang des aéroports européens.

Les collectivités seront bien impliquées

«Les collectivités seront associées à la rédaction du cahier des charges», a rapporté à l’AFP le président de Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne (PS), à l’issue de la réunion à Bercy. «Nous avons beaucoup insisté sur ce point et nous avons demandé des garanties pour que l’opération ne soit pas seulement financière», a-t-il ajouté.

Selon le cabinet du ministre contacté par l’AFP, un calendrier a également été posé avec a priori la rédaction du cahier des charges en septembre et l’appel d’offres lancé en octobre. La conclusion de la cession devrait être bouclée au premier semestre 2016. «Nous serons très attentifs aux intérêts du territoire», assure-t-on chez le ministre.

Un intérêt émis par l’aéroport de Genève

De son côté, la CCI et la Métropole de Lyon ont tenu à rappeler dans un communiqué «la nécessité de pouvoir répondre positivement aux attentes des compagnies qui souhaitent ouvrir des liaisons aériennes depuis Lyon», sans réponse concrète pour l’instant du gouvernement. De nombreux candidats à la reprise sont déjà sur les rangs selon Jean-Jack Queyranne : Aéroports de Paris (ADP), Vinci, la Caisses des dépôts (CDC) et des investisseurs étrangers.

En juin, l’aéroport voisin de Genève avait également manifesté son intérêt, assurant qu’il ferait une offre au sein d’un consortium d’investisseurs. Cette option est la piste privilégiée des acteurs locaux qui estiment que les deux aéroports auraient une bonne complémentarité. L’aéroport de Lyon transporte 8,5 millions de passagers par an quand ceux de Paris en transportent 90 millions de passagers et celui de Nice 11,5 millions.