Haute-Savoie: L'ascension du Mont-Blanc stoppée depuis Saint-Gervais en raison de la chaleur

MONTAGNE Cette mesure est prise par précaution au lendemain de la mort de deux alpinistes...

Elisa Frisullo

— 

Juin 2014. Sur la route du Mont-Blanc. Konrad/ Sipa.
Juin 2014. Sur la route du Mont-Blanc. Konrad/ Sipa. — SIPA

Il voit défiler près de 20.000 grimpeurs chaque été. Au lendemain de la mort de deux alpinistes, l'ascension du Mont-Blanc depuis la voie normale est suspendue jusqu'à nouvel ordre. Ainsi en a décidé la maison des guides de Saint-Gervais, en Haute-Savoie, par mesure de précaution.

«Cette mesure était dans l'air du temps depuis quelques jours, les accidents de jeudi ont accéléré les choses», précise  vendredi à 20 minutes la maison des guides de Saint-Gervais.

Les montagnes très sèches

Ces dernières semaines, les fortes chaleurs qui sévissent sur la région Rhône-Alpes n'ont pas épargné la montagne. «Comme lors de l'été 2003 puis de 2007, nous sommes confrontés à un été très sec. Quand les montagnes sont sèches, le danger, ce sont les chutes de pierres», observe Robert, guide à Saint-Gervais depuis 50 ans.

«Or ces éboulements sont très difficilement prévisibles tant au niveau de leur régularité que de leur intensité. On peut avoir affaire à la chute de quelques cailloux ou de grosses pierres dans le couloir du Goûter. On préfère donc anticiper et ne pas prendre de risque», ajoute le guide. Jeudi, c'est dans ce passage périllieux menant au sommet du Mont Blanc qu'un alpiniste a été emporté.

Pas de date de reprise

La montée jusqu'au sommet depuis Saint-Gervais reprendra une fois les températures rafraichies, dans un délai difficilement prévisible pour les guides. D'ici-là, que les grimpeurs qui avaient prévu de s'offrir le plus haut sommet d'Europe Occidentale (4.810 mètres) se rassurent : l'ascension reste possible depuis le côté italien ou depuis Chamonix.

«Mais attention, c'est plus difficile, prévient Robert. Le Mont-Blanc, c'est une véritable entreprise. Ce n'est pas comme monter à la Croix-Rousse. Tout le monde ne peut pas le faire. Il faut être entraînés et acclimatés.»

Chaque année, environ 25.000 personnes tentent d'accéder au sommet du mont Blanc entre juin et septembre, soit une moyenne de 250 personnes chaque jour pendant cette période estivale, recensait lemonde.fr en 2012.