Center Parcs de Roybon : «L'abandon du projet n'est pas envisageable» selon son PDG

ENVIRONNEMENT Le tribunal administratif de Grenoble a annulé jeudi l'un des arrêtés préfectoraux indispensable à la réalisation du village vacances dans la fôret de Chambaran...

C.G. avec AFP

— 

Des opposants à un projet de Center Parcs ont affiché une banderole sur une maison qu'ils occupent à Roybon, en Isère, près du site où est prévu l'implantation du projet, le 30 novembre 2014
Des opposants à un projet de Center Parcs ont affiché une banderole sur une maison qu'ils occupent à Roybon, en Isère, près du site où est prévu l'implantation du projet, le 30 novembre 2014 — PHILIPPE DESMAZES AFP

Pas question de tout laisser tomber. Alors que le tribunal administratif de Grenoble a annulé jeudi les arrêtés préfectoraux permettant la construction du Center Parcs de Roybon (Isère), le PDG du groupe Pierre & Vacances a indiqué vouloir poursuivre ce projet. Il entend faire appel de cette décision.

Center Parcs de Roybon : La justice porte un nouveau coup d’arrêt au projet

«Ce n’est pas envisagé d’abandonner et ce n’est pas envisageable», lâche Gérard Brémond. «On est sûr de la pertinence du projet, de la qualité de la localisation. On a un très beau projet, créateur de plus de 700 emplois en exploitation touristique, de plus de 1.000 emplois en bâtiment», insiste-t-il. Or, «dans le bassin du canton, il y a 6.000 demandeurs d’emploi en instance».

 

 

Le groupe Pierre & Vacances va devoir néanmoins revoir son dossier pour prendre en compte les critiques de la justice concernant la compensation des zones humides détruites.

 

«Le seul motif d’annulation, c’est la localisation des sites que nous avons proposés. Ils ont considéré que les sites de compensation, pour partie, étaient trop éloignés du site sur lequel nous voulons développer ce projet de Center Parcs», estime Gérard Brémond.

Dans son jugement, le tribunal considère en effet que le groupe aurait pu envisager la «remise en état de plusieurs sites de zones humides détériorées, d’une soixantaine d’hectares, situés dans la Drôme (…) à une trentaine de kilomètres du projet».

Les travaux ne reprendront pas tout de suite

Pierre & Vacances n’entend pas reprendre les travaux de défrichement dans la forêt de Chambaran avant d’avoir obtenu cette nouvelle autorisation relative à la loi sur l’eau. Ce qui pourrait prendre un an voire 18 mois. Même si «aujourd’hui, nous sommes tout à fait en droit de procéder au défrichement», complète-t-il.

L’avancée du chantier est bloquée depuis décembre par des zadistes. Au vu des délais de construction, le Center Parcs ne devrait pas ouvrir «avant trois ans», a-t-il dit en regrettant l’impossibilité de dialoguer avec des «opposants quelques fois simplement idéologiques», qui mènent une «guerre de religion» au nom d’une autre conception du tourisme.

Le Center Parcs de Roybon prévoit la construction de 1.000 cottages, commerces et restaurants autour de l'«Aquamundo», une bulle transparente maintenue à 29°c, avec piscine et jacuzzi.