Haute-Savoie: Un éleveur condamné à de la prison avec sursis pour cruauté envers des animaux

JUSTICE Dans sa ferme, des dizaines d'animaux en état de décomposition avaient été retrouvés...

E.F.

— 

La commune de Féternes, en Haute-Savoie
La commune de Féternes, en Haute-Savoie — google maps

La scène découverte dans sa ferme donne la nausée. Ce mercredi matin, un éleveur de Haute-Savoie a été condamné à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Thonon-les-Bains pour maltraitance et actes de cruauté envers des animaux, relate le Dauphiné Libéré

Les chèvres mortes de soif

Le 5 avril, en se rendant dans sa ferme, les gendarmes et le maire de Féternes avaient découvert une trentaine de carcasses de chèvres et de cochons en état de décomposition plus ou moins avancée et les dépouilles de deux chiens, retrouvés enfermés dans une caisse de transport. Le vétérinaire chargé d’examiner les cadavres, avait conclu que les chèvres étaient mortes après avoir été privées d’eau.

Interdiction à vie d'avoir un animal

Lors de l’audience, le 10 juillet dernier, l’éleveur, accusé d’avoir abandonné sa ferme sans se soucier de ses bêtes, avait assuré que, lors de son départ, tous les animaux étaient déjà morts et que ses chiens avaient disparu sans qu’il ne retrouve leur trace. Il avait toutefois reconnu ne pas avoir fait venir les services d’équarrissage, démarche «trop compliquée», pour se débarrasser des dépouilles.

Cette version des faits n’a visiblement pas convaincu le tribunal, qui a également interdit à l’éleveur d’exercer sa profession pendant une durée de cinq ans. Il a également écopé d’une interdiction à vie de détenir un animal. Sa chienne, toujours en vie, a été confiée à la SPA du Chablais, partie civile au procès au même titre que la fondation Brigitte Bardot, l’association OABA et la commune de Féternes, précise le quotidien régional..