OL: Anthony Lopes estime que la piste Steve Mandanda était «un moyen de pression»

FOOTALL Les négociations pour la prolongation du gardien international portugais, officielle depuis ce mercredi, n'ont pas été un long fleuve tranquille pour Jean-Michel Aulas...

Jérémy Laugier

— 

Ici lors d'un match de Coupe de la Ligue à Nantes, en janvier dernier, Anthony Lopes assure avoir toujours voulu prolonger avec l'OL. Pierre Minier/Ouest Medias
Ici lors d'un match de Coupe de la Ligue à Nantes, en janvier dernier, Anthony Lopes assure avoir toujours voulu prolonger avec l'OL. Pierre Minier/Ouest Medias — SIPA

« Ça ne se passe pas bien du tout et j’en parlerai plus tard. » Jean-Michel Aulas s’est permis une belle scénarisation mercredi, lors de la prolongation de contrat de Nabil Fekir, Corentin Tolisso et Anthony Lopes. N’évoquant dans un premier temps que l’accord avec le meilleur espoir de L1, assis à ses côtés, le président de l’OL a ainsi répondu à une question concernant les négociations avec l’international portugais.

Cinq minutes après le cinglant teaser de JMA, qui semblait crédible au vu des difficultés évoquées entre Anthony Lopes, ses conseillers et le club lyonnais, le jeune gardien de 24 ans est apparu sur le plateau d’OLTV. « Je suis ravi qu’on ait pu mettre un point final à tout ça », a-t-il alors confié, après avoir prolongé jusqu’en 2020 avec l’OL, comme ses deux partenaires.

Anthony Lopes : « Ça ne m’a pas particulièrement vexé »

« Mon objectif a toujours été de resigner à l’OL. Beaucoup de choses ont été dites dans les médias et les réseaux sociaux. Mais la vérité est là devant vous aujourd’hui », a précisé le portier lyonnais, dont le précédent contrat s’achevait en 2016. Une échéance qui laissait planer le doute sur son avenir à Lyon, alors qu’une place de titulaire dans un grand club portugais aurait pu lui permettre de changer de statut avec sa sélection.

Jean-Michel Aulas avait lui-même signalé la possibilité de recruter le gardien de l’OM Steve Mandanda en cas de désaccord avec Anthony Lopes sur une prolongation. « Ça ne m’a pas particulièrement vexé, assure ce dernier aux côtés d’un JMA l’incitant à ne pas répondre à une question concernant l’intérêt de l’OL pour Mandanda. Je pense que c’était un moyen de pression de la part du président pour accélérer les choses. »